La noyade ❤ Nash

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : La noyade ❤ Nash   
Ven 20 Oct - 0:29

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Tu n'es qu'un idiot. Noël n'est plus très loin, tes mains tremblent alors que tu regardes ces deux petits anneaux aussi simples qu'ils n'étaient compliqués, posés sur leur velours rouge à l'instar d'une tendre promesse, il brillent doucement à la lumière de ton salon, comme un couteau qu'on aiguise, comme une étoile que l'on prie. Tu n'es qu'un idiot. Son rire résonne contre le reflet doux de l'argent travaillé, il éclate à tes oreilles comme la mélodie d'un soir d'été, comme un éclat de verre contre le bitume, il te semble qu'il est juste à ta droite. Tu n'es qu'un idiot. Son regard te scrute au creux de la courbe élégante de cette union matérielle, aussi tendre qu'il n'est fort et tu perds tes moyens aussi sûrement que s'il était devant toi. Tu n'es qu'un idiot, bien sûr, tu es amoureux. Terriblement, magnifiquement amoureux, dans quelques jours, si tout allait bien, tu serais même fiancé, formidablement enchaîné à ce morceau de ton puzzle dont il étai devenu difficile de te passer. Tu glisses l'écrin dans le tiroir de la table basse avec un soupir, tout autant désireux d'enfin pouvoir passer cette bague contre l'annulaire de ton amant que tu n'étais terrifié à l'idée qu'il pourrait trouver cela ridicule et t'envoyer sur les roses avec un rire dédaigneux. Et ton cœur s'emballe un instant avant que tu prennes une longue respiration, te précipitant vers l'entrée pour enfiler une veste, une écharpe et enfin prendre le large, laissant derrière toi le confort de ton appartement pour un rendez-vous un peu différent de ces habituelles sorties amoureuses que l'on voit à la télévision. Il enfourche sa moto comme un enfant, la vitesse te rend facilement ivre, il te semble même apercevoir quelques feux passer au rouge mais ton moteur fait un tel bruit que ton esprit se boucle soudain dans cette impression d'antan, de stupidité juvénile, de coups fourrés et de galères. Pourtant, le style de bécane est différent, et là où il fallait presque pousser ta vieille mobylette, ton actuelle monture réagit au moindre coup de poignet, tant et si bien que tu te retrouves en un clin d'oeil devant l'entrée du zoo, garant l'engin à quelques pas avant d'aller vers l'entrée, observant les grilles closes de l'établissement, percevant au loin les cris de quelques oiseaux. Il ne t'est jamais venu à l'idée qu'inviter Nash au zoo était une bonne idée, après tout, il connaissait le parc animalier comme sa poche puisqu'il y bossait. Par contre, la perspective que ça soit le blond qui te propose de passer la nuit dans les locaux de l'aquarium, rien que tous les deux, n'était pas pour te déplaire et tu aurais presque pu décaler la date de ta demande si le courage ne t'avait pas tant fait défaut alors que tu étais sur le départ. Tu n'avais pas le droit à l'erreur, pas la possibilité de te planter, pas de marge de manœuvre puisqu'il s'agissait de s'assurer que ta moitié ne puisse plus t'échapper. Et si cela semblait terriblement égoïste et presque délirant de possessivité, tu n'en avais cure. Tu te souviens, quelque part dans le fond de ta mémoire, de cette voix qui te conte l'histoire d'âmes sœurs, destinées à se chercher jusqu'à ne plus faire qu'un. Eh bien, tu étais convaincu, que depuis le bout de ses rires enivrants jusqu'au ton cassant des insultes qu'il pouvait te cracher en passant par les soupirs qu'il pouvait émettre une fois glissé sous ton corps, il était ta moitié, ton tout.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 20 Oct - 18:51

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
« Nash espèce de petit enculé ! La prochaine fois que j'te vois je t'éclate la tronche contre l'bitume ! » Mon éclat de rire résonne dans la rue sombre arrachant des cris de rages aux types qui finissent enfin par abandonner la poursuite. A pieds, ils avaient aucune chance, d'autant que j'connais le quartier comme ma poche donc pas de danger que je me perde ici. Je pédale vite, roulant sur le trottoir, évitant aisément les piétons, j'ai l'habitude et la flemme de me taper les feux rouges. Je finis par m'arrêter en pleine ville, devant un magasin, et j'attends en comptant le fric que je viens de piquer aux sales cons de la salle d'arcade. Une main finit par s'abattre sur mon épaule. « Pas trop tôt, j'ai faillit attendre. » Je lui file quelques billets en échange de son sac en plastique et je repars aussitôt en direction de l'aquarium. Moi, j'ai pas le temps, jamais. J'suis toujours en train de courir parce que les minutes me filent entre les doigts. Pourtant ce soir, je l'ai invité, je me suis dit que j'allais prendre cinq minutes, juste un moment hors des chiens de chasse, être vraiment avec lui l'espace d'un battement de coeur. Et quand j'arrive il est déjà là. Je suis en retard, pour changer. Pas de beaucoup. J'crois. Je balance mon BMX par terre sans prendre la peine de l'attacher, le cacher ou quoi que ce soit. Ici, c'est moi le voleur. Et puis personne va se pointer au zoo en pleine nuit. Ma main droite se glisse malicieusement sur ses yeux, la gauche, occupée par le fameux sac, sur sa hanche et je laisse mes lèvres papillonner contre son cou un instant avant de réaliser ce que je fais. Je jette un regard anxieux à l'obscurité environnante et m'écarte rapidement, lui tendant le sac avec un sourire. « J'suis passé voir Sam, il t'a mit supplément de frites gratos il parait. J'crois qu'il t'aime bien parce que c'était un putain de radin avant que j'sois avec toi. Hm et j'ai pris des donuts. » Je me met à marcher à reculons vers l'entrée en sortant la clef de la poche de ma veste en jean. J'ai du mal à croire à la réalité de tout ça parfois. Mako et la courbe envoûtante de ses yeux. Mako et son sourire de canaille, sa peau douce, son coeur battant. Mako et ses sautes d'humeur, sa jalousie, son regard noir. J'arrive pas à me souvenir du moment où il l'a dérobé, mon coeur. De nous deux, c'est peut-être un meilleur voleur que moi au fond. Mais plutôt crever que de l'avouer. Mes je t'aime sont rares et j'suis persuadé qu'il les apprécie encore plus. De toutes façons, que je le lui dise une fois ou un million, ça change rien. J'suis amoureux, j'suis amoureux, pas la peine d'en faire tout un plat. Et quand les mots avaient le malheur de passer mes lèvres, l'étreinte de la peur sur mon palpitant se faisait insistante. Parce que je sais qu'un jour où l'autre tout partira en fumée. Parce que les promesses, c'est pas éternel, ça dure qu'un temps. Parce que Mako sera pas là pour toujours, qu'il faudra bien que je le perde. Parce que c'est comme ça. Tout l'monde se tire à la fin. Je finis par toucher la grille du dos et je reste là une seconde à savourer sa vision avant de me retourner pour ouvrir. « J'veux trop t'montrer le grumpy fish. Tu vas l'détester il est aussi moche que ma soeur et il me regarde tout l'temps à travers la vitre, on dirait un débile. »


CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 20 Oct - 21:42

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Ton regard s'est attardé sur l'écran de ton smartphone, pour surveiller l'heure, un message, quoique ce soit qui puisse t'annoncer qu'il n'allait pas tarder. Tu avais peut être un peu d'avance, il ne devait pas être bien loin maintenant, il t'aurait dit s'il avait eu un empêchement, et alors que tes pensées s'égarent à imaginer le blond pédalant sur son vieux vélo, tu n'entends pas même le bruit de ferraille dans ton dos, vite suivi par le contact frais des doigts du plus jeune contre ton front, couvrant tes yeux si adroitement que ton sursaut en est apaisé, léger, et si ta main remonte contre le poignet de ta moitié, ça n'est que pour ressentir plus encore le contact de sa peau. Un sourire malin vient mordre à tes lèvres alors que tu sens les siennes s'égarer contre ta nuque, ce genre d'attention, hors des limites de vos appartements respectifs, de vos domaines, est si rare que tu en profites comme s'il s'agissait d'une friandise offerte à un enfant, mais il te relâche bien trop tôt et un soupir déçu force la porte de tes lippes avant même que tu n'aies l'occasion de le retenir. « Ah... J'sais pas comment je ferais sans toi, j'avais une de ces envies de donuts ! » Tu prends le sac qui t'est tendu, observant ses mouvements comme si c'était la première fois que tu le voyais, ses pas ne manquant pas de l'adresse nécessaire à cet exercice discret de séduction. Sait-il même à quel point le moindre de ses gestes s'insinue dans ton esprit pour l'obséder et s'infiltrer dans ton sang ? Tu l'as dans la peau, c'est indéniable, et si tu ne connaissais pas son aversion pour les contacts en public, peut être l'aurais-tu fait prisonnier de tes bras juste contre cette grille, simplement pour goûter une fois encore au régal que lui offraient ses lèvres roses. Cependant tu te contentes de l'observer, fier de ton propre self contrôle, remettant en service les rouages de ton cerveau de sorte à pouvoir au moins aligner une paire de mots, de quoi éviter de passer pour le complet crétin mal éduqué que tu étais. Ca n'est pas l'envie de retomber dans tes bassesses qui te manque lorsque tes yeux tombent sur le spectacle de son petit fessier arrondi formidablement mis en valeur par son jean, glissant à son côté en caressant doucement sa hanche, si discrètement que même en vous observant on aurait eu du mal à déceler le geste. « Pauvre poisson ! Et s'il avait le coup de foudre pour toi ? » Tu fais mine de vouloir l'embrasser alors, ouvrant et fermant la bouche à la manière d'un poisson. « Nashou, regarde moi dans les yeux, viens me faire un bisou! » Un rire léger poursuit tes paroles alors que tu t'éloignes un peu, ouvrant le sac pour regarder le festin de malbouffe qui s'y trouvait, Nash te connaissait mieux que toi, pour tout dire, tu n'avais pas eu l'occasion de penser au fait que tu avais terriblement envie d'entretenir ton cholestérol qu'il l'avait fait pour toi. Tu te retournes pour l'attendre, scrutant ses yeux dans la pénombre de la soirée. C'est simple, si tu t'écoutais, ton bras serait déjà passé autour de lui, une main fermement agrippée à sa fesse pour le presser contre son flanc, mais tu le suivais docilement, il connaissait les locaux mieux que toi, tu n'étais jamais venu à dire vrai. « Tu sais que c'est ma première fois... - Tu lui fais un clin d'oeil idiot, la blague n'est même pas drôle, mais si tu ne te distrais pas, tu vas devenir fou rien qu'en pensant à lui. - A l'aquarium, hein ? »
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Lun 23 Oct - 13:26

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
« Ah... J'sais pas comment je ferais sans toi, j'avais une de ces envies de donuts !  » Un sourire satisfait s'accroche à mes lèvres. C'que je peux être naïf et con quand il est pas là. Parfois j'imagine ce que ça donne de l'extérieur, ce que les gens voient. J'me dis que je me haïrais si je me voyais être aussi niais dans la rue. Mais j'ai du mal à m'en empêcher. J'ai du mal à pas penser à lui, à ce qu'il ferait, à ce qu'il voudrait, à ce qu'il pense. J'arrive pas à oublier la courbe de ses lèvres, la blancheur de ses dents, la chaleur de son souffle, le son de sa voix. Je mords l'intérieur de ma joue avant d'ouvrir les grilles imposantes du zoo. J'ai le coeur battant comme un gamin de quinze ans pour son premier rendez-vous, mais pour être honnête, c'est surement une des premières fois où je l'invite en trois ans. Moi et les rendez-vous ça fait deux. Quand il vient chez moi ça compte pas vraiment, quand je vais chez lui non plus. Pas vrai ? Je sens sa main glisser contre moi, rapidement, avec douceur et je déglutit avec difficulté. Parce que ça fait un moment qu'on s'est pas vus, parce qu'on n'est pas vraiment en public, que je pourrait presque me retourner là maintenant et plaquer mes lèvres contre les siennes. Comme il voudrait surement que je le fasse. Mais moi j'suis trop fort pour ça, les niaiseries d'amoureux, c'est pas mon truc. « Pauvre poisson ! Et s'il avait le coup de foudre pour toi ? Nashou, regarde moi dans les yeux, viens me faire un bisou! » Un sourire moqueur sur le visage, je finis par tourner mon regard vers lui et ses conneries. Il se marre et je peux pas m'empêcher d'en faire autant alors qu'il vient de me donner le sobriquet que j'déteste le plus au monde. « T'es con. Puis m'appelle pas comme ça, c'est moche. » Je ferme la grille, amusé avant de prendre la direction de l'aquarium, comme si j'allais bosser, laver ces sales vitres où les gosses frottent leur nez morveux. « Tu sais que c'est ma première fois... A l'aquarium, hein ?. » J'éclate de rire, je sais ce qu'il veut et pour être honnête ça diffère pas beaucoup de ce que je voudrais si on était chez moi. En attendant, je fais l'autruche. Je glisse mon trousseau dans une porte de service et j'hésite un instant avant d'attraper sa main, non sans avoir jeté un regard alerte alentour. Ca en deviendrait presque une phobie, de me faire voir, rabaisser, de montrer mon point faible. Parce que si j'en ai un de point faible, c'est bien lui. « Viens, on va aller les voir d'en haut. » Je l'entraîne à ma suite dans les escaliers puis sur la plateforme flottante, juste au-dessus des poissons multicolores, des immenses raies et des quelques requins qui nagent sereinement. La calme qui règne ici est incomparable et lorsque je m'arrête brusquement, Mako se cogne contre mon dos. Je lâche ses doigts comme s'ils me brûlaient avant de m'asseoir au bord de la plateforme et de tremper un peu ma main dans l'eau. « Vas-y, passe une frite qu'on attire l'horreur. » Mes yeux fuyants finissent par se poser sur son visage et mon coeur se remet à frapper ma poitrine. Bordel de merde, ça s'arrêtera jamais ?
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Mar 24 Oct - 0:50

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Son rire est comme une mélodie, roulant dans tes oreilles et se réverbérant jusqu'à ton cœur, le faisant vibrer de cette façon si caractéristique, tremblotant de faiblesse et de bonheur dans ta cage thoracique. Tu n'avais même pas besoin de poser les yeux sur lui pour savoir que tu étais d'ores et déjà perdu, pendu à son cœur, à son amour, à ses sourires, à sa bouche malicieuse, à ses yeux malins, à ses touchers, tant et si bien que même ses défauts en devenaient précieux. Tu le laisses passer devant toi pour qu'il joue le guide dans les locaux, après tout, c'était vraiment ta première fois à l'aquarium, ta première fois au zoo, même quand tu étais en Australie, tu n'as jamais pu observer les espèces formidables que le monde portait au delà de ton appartement miteux et de tes stupides rues ; pas le temps, pas la tune, pas l'envie. Et tu n'étais pas le genre romantique à emmener tes dates observer la faune de la planète, oui enfin, tu ne l'étais pas jusqu'à rencontrer le blond, bien sûr. Le regard qu'il lance d'ailleurs autour de vous avant de se saisir de ta main ne t'échappe pas mais tu as appris à ne plus t'en formaliser, même si toi tu préférerais l'embrasser au milieu d'une rue bondée, lui coller des suçons jusque sous le menton, tenir sa main contre la tienne au fond de la poche de ta veste pour lui tenir chaud, l'enlacer sans gêne aux soirées de quartier qu'il aimait tant. « Les voir d'en haut ? Genre backstage ? Ouah, ça fait un peu dieu des poissons ! » Tu fronces un sourcil, te demandant soudain si les soigneurs apparaissaient un peu comme des Dieux sur pattes pour les animaux du zoo, puisqu'ils avaient la clé de la bouffe et donnaient des ordres idiots sans quoi ils n'étaient pas récompensés ? S'il avait été un animal, il aurait sans doute pensé comme tel. Juste alors que tes doigts allaient se serrer contre ses phalanges, pour un appui supplémentaire alors que ton corps se cogne au dos de ton amant, tu sens sa peau encore froide de son escapade à vélo t'échapper. Tu regrettes un instant de ne pas avoir le courage de la saisir, de le retenir, de t'agacer, de protester, simplement parce que tu l'aimes trop, parce que ton cœur se serre à chacune de vos engueulades, de peur de le perdre, de l'agacer assez pour qu'il souhaite te fuir, toi l'idiot ridiculement fortuné. 'Il devrait tomber à l'eau et se faire bouffer par un requin' Le songe qui résonne dans ton esprit t'est bizarrement étranger et te choque toi-même un moment avant que tu n'obéisses et te penches à ton tour pour voir si ladite mocheté allait de pointer ou non. Tu ne sais pas d'où est venu cette pensée soudaine, comme une sentence pour cette constante peur qu'on les voie ensemble, une punition clairement hors de proportions et tu déposes un baiser contre sa tempe délicate pour te faire pardonner ce qu'il n'a même pas entendu. « Tu lui as donné un nom ? Tu crois qu'il va monter ? D'habitude tu les vois d'en bas non ? Peut-être qu'il montera pas... Et si c'est un requin qui vient ?! » Ta voix s'est fait un peu moins sereine alors que tu observes avec inquiétude les doigts de ton autre déranger la surface calme des flots, prêt à le sauver d'une amputation forcée au moindre moment. Pourtant, tu ne peux empêcher ta curiosité de frapper, observant les poissons glisser en zig zag, se croiser, se caresser dans un incessant ballet multicolore. « Hah woah... C'est dingue ! »
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Mer 25 Oct - 17:01

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Ses lèvres se posent contre ma tempe et j'ai un instinct de recul comme s'il m'avait poussé. Je me rends compte de ma bêtise avec un temps de retard et je le fixe un instant. Putain, qu'est-ce qui va pas chez moi, au fond ? On est seul, personne risque de débarquer ici. J'ai des vieilles habitudes qui veulent pas me lâcher deux minutes. Le pire, c'est que j'ai vraiment envie de le toucher, de l'embrasser, que ses bras entoure ma poitrine ou ce genre de conneries. Et Mako, ça doit bien être la seule personne que j'aime au point d'avoir envie qu'il me touche. Alors je glisse ma main sur sa cuisse l'espace d'un instant, comme pour me faire pardonner, avant de reporter mon attention sur le bassin, parce que putain c'est plus facile. « Tu lui as donné un nom ? Tu crois qu'il va monter ? D'habitude tu les vois d'en bas non ? Peut-être qu'il montera pas... Et si c'est un requin qui vient ?! » Je me mets à rire doucement. « C'est pas grave, ils sont nourris les requins. A ton avis, pourquoi le moche est toujours vivant ? Ils bouffent autre chose, style... J'sais pas, des poissons morts quoi. » Je continue à ricaner en chourant une frite dans le sac avant de la jeter pour observer les poissons se rejeter dessus. « Hah woah... C'est dingue ! » Mon sourire narquois s'efface de mes lèvres lorsque je tourne mon regard vers lui. Sa beauté me trouble, à Mako. Puis, il est doux avec moi, pourtant je sais quel tigre se cache au fond de ses yeux, je sais à quel point il peut être furieux, violent parfois. Mais quand je le vois comme ça, s'émerveiller devant un pauvre banc de poissons que j'vois tous les jours, je peux pas m'empêcher d'être touché. Enfin d'être... Enfin ça a pas d'importance, hein ? L'important c'est ma main qui cherche son visage, qui le ramène vers moi, et mes lèvres qui rencontrent enfin les siennes. Tu m'as manqué, Mako. Je t'aime Mako. Autant de mots que j'dirais pas. Qu'il devra deviner. Mais je crois qu'il me connait assez pour ça lui aussi. Et puis je finis par tourner mon buste vers lui et ma deuxième main s'aventure même sur sa nuque chaude. Je m'attarde contre lui jusqu'à en perdre le souffle, jusqu'à me rendre compte que j'ai envie d'être plus proche et je sais même plus comment je me retrouve à genoux, ni depuis quel moment j'ai passé la main sous son tee-shirt. J'aurais dû l'inviter chez moi finalement, pas ici. Ses mains me lâchent subitement pour se poser contre ma poitrine, trop brusquement, trop violemment. Mes yeux s'arrondissent sous le coup de la surprise en sentant mon corps basculer en arrière. Sa force m'arrache à la douceur de sa peau et mon dos éclate la surface paisible du bassin si rapidement que j'ai le temps de penser à rien. Je tombe, comme une pierre dans l'eau tiède. J'essaie d'ouvrir les yeux mais j'y vois trouble. J'suis aveugle, incapable de respirer, lourd et surtout j'sais pas nager. Comme un idiot, j'essaie quand même de prendre une inspiration et me retrouve les poumons pleins d'eau. La constatation du niveau de merde dans lequel je suis ne m'annonce rien de bon. C'est plutôt genre, j'vais vraiment crever à côté de cette saloperie de Grumpy Fish ?
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 27 Oct - 0:14

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Ta rêverie aurait pu s'éterniser, car il faut avouer que te retrouver au dessus du rideau calme de l'eau à pouvoir profiter du spectacle que t'offraient les poissons sans que tu n'aies rien demandé restait une des choses les plus hypnotisantes que tu aies jamais faite. Pourtant, tu arraches volontiers ton regard à ce spectacle lorsque la main de ton amant vient caresser ta joue, délicatement, peut être tout juste moins hésitant qu'à l'accoutumée. Tu as tout juste le temps d'apercevoir, au fond de ses iris, les reflets céruléens de l'aquarium tandis qu'il fond sur tes lèvres et comme à chaque fois qu'il t'embrasse en premier, un long frisson hérisse ton dos, comme si c'était à nouveau votre premier baiser, ton cœur s'affole sans prévenir et tes mains trouvent appui contre ses épaules, effleurant son cou pour le ramener contre toi, profitant de ce contact si rare, si précieux, si désespérément nécessaire à ta santé mentale, à ton égo. Tu t'attends à ce qu'il rompe le contact, mais le voilà soudain à califourchon contre toi, tes lèvres rendant fou ta raison, empêtrant ton esprit d'un milliard de songes à son propos, l'aquarium n'existe plus, les poissons sont oubliés, même les donuts sont passés à la trappe et il n'y a plus que lui, tu n'as besoin que de lui, n'as envie que de lui. Tes inspirations emplissent tes poumons de son parfum et l'intoxication ne fait que grandir, tu as envie de plus, toujours plus, l'avidité que tu connais pour lui n'aura jamais aucune limite, et tes mains se dégagent de son cou alors que tu le sens toucher ton torse, tu les diriges doucement vers ses reins, désireux de le plaquer contre toi, de ne plus sentir le moindre espace entre vous, mais ton corps s'interrompt soudain, et ça prend à peine une seconde. Quelle ordure. Tu ne sais pas d'où le geste te vient mais tes bras poussent alors contre le torse de Nash, l'envoyant directement dans l'eau fraîche. Le froid qui gagne ton propre corps alors te surprend, si bien que tu prends une longue inspiration surprise, ne percutant pas très bien ce qu'il venait de se passer. Les rouages se remettent en place pourtant lorsque tu distingues la forme floue, brusque et paniquée du blond sous la surface de l'eau. Il ne te faut rien de plus pour sauter à sa suite, affolé, attrapant son haut pour le tirer vers toi, te débattant avec lui un instant pour le coller à toi avant de donner un grand coup de talon sur le fond du bassin, vous faisant remonter. Ta prise est ferme sur lui et tu le maintiens hors de l'eau au détriment de tes propres respirations. L'eau est salée et te brûle la gorge alors que tu bois la tasse, vous ramenant jusqu'au bord où tu l'aides à remonter. « Nash ! » Tes mouvements sont brouillons et si fébrile qu'il te faut un moment avant de te hisser à ton tour sur la terre ferme, l'entendant cracher de l'eau, essayer désespérément de retrouver une respiration épurée de tout liquide. Tes mains viennent enlacer son corps et tu forces son dos contre ton torse, enfonçant ton nez contre son épaule, ses cheveux chatouillant ta joue. « Nash dis moi que ça va ! Je suis désolé, je ne sais pas ce qu'il m'a pris ! » Et c'était vrai, maintenant que tu y pensais, tu n'aurais jamais repoussé ses avances dans d'autres circonstances, rien n'aurait pu le forcer à se défaire du corps de son autre, lui qui avait tant de mal à te traiter comme ton amant, qui te soufflait si rarement qu'il t'aimait, qui ne pouvait t'étreindre que dans l'intimité la plus totale. Alors qu'est-ce qui s'était emparé de toi pour que tu le pousses de la sorte presque vers sa mort ? Cette pensée t'arrache un léger son de douleur alors que ton cœur se déchire un peu, tes bras se serrant délicatement autour de ses hanches.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 27 Oct - 17:05

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Je vais crever et l'poisson moche pourra faire un festin du débris que j'suis, voilà ce que je me dis en suffocant. Sauf que Mako finit par être là et m'attirer vers lui. Et l'espace d'une fraction de seconde, je sais pas s'il veut me sauver ou s'assurer que je me noie. Mais mon visage finit par émerger à l'air libre et l'air que j'inspire me brûle le système respiratoire, mes poumons plein d'eau protestent, je panique encore plus maintenant que j'ai une chance de survivre, je me débat un peu faisant couler une ou deux fois Mako et ma main finit par atteindre cette foutue passerelle. Je crois qu'il m'aide à m'y hisser et je me retrouve vite à genoux, les mains contre le sol à essayer de recracher le poison salé qui s'est infiltré dans mon organisme. «Nash ! » Et les rouages se remettent en place, je peux pas l'ignorer plus longtemps. Mako m'a poussé. Il m'a repoussé, d'une force telle qu'il m'a renversé. Et ma surprise m'a empêché de m'agripper à quoi que ce soit, j'ai à peine eu le temps de voir son visage neutre que je coulais déjà. Je tousse à en cracher mes organes sans réussir à démêler mes pensées, sans comprendre ce qu'il vient de se passer. Et puis je sens ses mains assassines sur mon corps, il m'attire contre lui. « Nash dis moi que ça va ! Je suis désolé, je ne sais pas ce qu'il m'a pris ! » Ma main cherche la sienne afin de l'arracher à sa prise, j'ai l'impression qu'il vient de me trahir. « T'es malade ou quoi ? Lâche moi. » J'avance un peu en le repoussant brutalement. Ma gorge me fait mal et je dois essuyer des larmes sur mon visage. C'est vraiment la soirée de la honte. Pantelant, je lui jette un regard en coin, il a l'air presque aussi traumatisé que moi. Je passe ma main dans mes cheveux trempés en l'observant. Chaque inspiration que je prends m'arrache la poitrine et je me rends vraiment compte qu'il m'a fait frôler la mort, probablement volontairement malgré son regard désolé. Et j'comprends plus rien, j'sais plus ce qu'il se passe, qui il est, ce qu'il veut. Il est entre moi et la porte, et j'peux décemment plus me mettre debout sur cette foutue plateforme tant mes jambes de faible tremblent. Alors pour compenser, c'est mon regard qui se fait dur contre le sien. « Tu sais pas ce qu'il t'a prit ? Mais. Putain, t'as faillit me tuer. Tu viens de me jeter à la flotte. » Je le regarde un instant, tremblant de froid, plein d'incompréhension. Même Lily m'avait jamais fait un coup pareil, pourtant elle avait bien essayé de me buter une ou deux fois. « Pousse toi. » Je finis par fuir son regard, je veux juste qu'il se tire, que je puisse rentrer chez moi, m'énerver contre quelqu'un d'autre, passer cette foutue porte et jamais remonter ici, j'arrive même plus à me souvenir dans quel monde j'ai pu croire que c'était une bonne idée, tout ça.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 27 Oct - 22:02

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Les brumes sont si épaisses, impénétrables, tu te débats dans une purée de pois qu'il t'est impossible de vaincre, tu ne comprends pas, ne saisis rien, tu ne lui mens pas en lui confiant ne pas comprendre pourquoi tu avais fait ça, tu n'as plus l'impression de te connaître toi-même aujourd'hui, tu as totalement conscience que tu as failli le tuer aujourd'hui et il est normal qu'il t'en veuille. Ta prise se serre autour de son corps tremblant contre le tien, tu le sens fragile, blessé, tu ne sais pas s'il pourra te pardonner cette erreur, tu ne sais même pas si tu pourras te la pardonner à toi-même et tu entends, comme lointain, le ricanement vainqueur, menaçant d'une autre personne, sans comprendre si c'était ta conscience qui se moquait de ta misérable personne. Ta prise sur ses hanches se brise alors qu'il exige de toi que tu le lâches, te repoussant avec plus de force, plus de violence, plus de rancoeur qu'il ne l'avait jamais fait juste là. Tu n'oses pas le regarder, tu peux sentir d'ici la trahison qu'il a perçu dans ce geste, tu sens les larmes te brûler les yeux, inonder ton cœur et déborder. Tu es un enfant à nouveau, exposé aux claques violentes d'une personne pour laquelle tu n'as jamais été assez bien, qui n'a jamais pu te voir, tu sais que tu n'es de nouveau plus à la hauteur, de toute façon, tu l'as su dès le début, qu'il méritait mieux, que les rires que tu lui arrachais n'étaient qu'autant de bénédictions que le ciel t'accordait. Dans un effort de courage ou d'idiotie, tes yeux se relèvent mais se heurtent immédiatement à la muraille froide de son propre regard, et toute cette colère, cette haine dirigée contre toi, ça te glace, te pétrifie, ta mâchoire se serre vivement, car tu es incapable de laisser quoi que ce soit d'autre sortir de tes lèvres, parce qu'aucune excuse ne parviendrait jamais à obtenir le pardon du blond, car les excuses ne sont que des mots, perturbations au creux du silence d'or. Il veut sortir mais tu ne peux pas le laisser faire, il est venu en vélo, il va geler à mourir dehors, et puis il n'est pas même en état d'aligner ses pieds l'un devant l'autre, il te semble qu'il ne pourrait même pas tenir debout, qu'il s'effondrerait. Et c'est ta faute. Ton visage sillonné de larmes que tu as toi-même honte de pleurer, car tu n'avais pas le droit de pleurer après ce que tu venais de lui faire, tu te redresse donc, enlevant ton blouson de cuir lourd, le laissant tomber entre vous deux. « Je vais y aller. Tu devrais te sécher avant d'y aller, porte ça si tu veux quand même rentrer tout de suite. Sinon, vends le. Ou laisse le, quelqu'un le ramassera probablement. » Ta voix lutte difficilement contre les nœuds de ta gorge car tu n'as pas l'impression d'avoir le droit de te montrer faible devant lui, car tu voulais si ardemment le faire tien il y a quelques minutes encore, tu rêvais de glisser à son annulaire la promesse d'une vie conjointe. Désormais ne s'étalent devant toi que les braises de ta honte et de ta stupidité. Tes pas sont lents mais semblent droits sur la passerelle, et lorsque tes doigts se posent sur la poignée, tu ne peux t'empêcher de souffler une fois encore. « Nash, je suis désolé. Je t'aime. » Et c'est aussi idiot que tu ne l'es, sans intérêt, sans raison, sans sens, tu sais que ces mots énerveront sans doute encore plus ton amant, mais tu as l'impression que tu risques de ne jamais plus le revoir, que tes confessions s'écraseront sur la tonalité de son répondeur, que tes supplications frapperont maladroitement contre la porte de ton appartement, que ton cœur restera sur cette passerelle. Pourtant, pour lui, ton premier pas passe le pas de la porte et tu espères de tout ton cœur qu'il te retiendra, tout en sachant que cela ne se produirait sans doute que dans tes rêves.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   
Ven 27 Oct - 22:57

NASH
&
MAKO
LA OU JE N'AI PLUS PIED,
LA OU JE PERDS LE SOUFFLE,
TOUT AU FOND DE TES YEUX.
Mais il reste silencieux un moment, il répond pas et j'finis par espérer qu'il se soit juste tiré en soumsoum. Mais en tournant le regarde vers lui pour vérifier, je prends enfin conscience de ce qu'il se passe et mon coeur s'émiette. Des larmes roulent sur ses joues, c'est pas vraiment son genre de chialer. Vraiment pas. Le mien non plus, pourtant le noeud qui se forme dans ma gorge et mes yeux déjà rouges de ma pseudo-noyades se mettent à briller trop fort. Je percute ce qu'il vient vraiment de se passer, j'ai faillit mourir, je l'ai repoussé et maintenant s'il franchit la porte, je le reverrais jamais. La peur m'enserre la poitrine, j'me pisse dessus à l'idée de plus le revoir, c'est pas vraiment ce que je veux. Il se relève et lâche son blouson.  «  Je vais y aller. Tu devrais te sécher avant d'y aller, porte ça si tu veux quand même rentrer tout de suite. Sinon, vends le. Ou laisse le, quelqu'un le ramassera probablement. » Je serre les dents, il va vraiment rien m'dire, il va vraiment se tirer comme ça ? Je commence à me monter la tête, à me dire que c'était peut-être un espion de la mafia ou j'sais pas quelle connerie, qu'il devait me buter depuis le début puis peut-être qu'il s'est dégonflé sans que j'sache pourquoi. Pourtant j'arrive pas à imaginer qu'il m'ait trahi depuis le début. Pas lui, pas Mako. Je le regarde marcher vers la porte et je me relève tant bien que mal sur mes jambes tremblantes, je me fais l'effet d'un putain de caniche atrophié et je me dis que j'devrais au moins ressembler à un lion atrophié histoire de faire un peu moins pitié. «  Nash, je suis désolé. Je t'aime. » Et il réussit le con, j'ai beau me mordre la langue temps que je peux, j'reconnais le son de ses adieux et je peux pas retenir une putain de larme que j'essuie rageusement. Puis il se barre, il se barre vraiment, c'est la fin de tout je le sais. Et je comprends pas le désespoir qui m'envahit parce que j'ai jamais vécu pour personne, c'est clair. Même si ma soeur crevait demain je... J'sais pas quoi. Je m'en fout d'elle. Je m'en fous de tout le monde de toute façons. Je me jette à sa suite comme si ma vie en dépendait, mais c'est pas le cas, non. J'attrape son bras, sans savoir ce que j'ai l'intention de faire, pas avant qu'il me regarde, pas avant de le voir vraiment. J'ai envie de le frapper, parce qu'il me fait du mal maintenant Mako, rien qu'en me regardant, en me parlant, en m'disant qu'il m'aime, il m'tue. C'est peut-être une meilleure façon de me tuer que de me jeter dans un bassin finalement. Quand ma main passe contre son crâne pour attraper ses cheveux, c'est sans animosité pourtant, presque avec douceur. J'ai un trou à la place du coeur et s'il se tire, il l'emmène avec lui. « Pourquoi t'as sauté ? » Je le scrute intensément. C'est tout ce que j'ai besoin de savoir au fond. Il m'dira surement jamais pourquoi il m'a poussé, mais il suffirait qu'il me dise pourquoi il m'a sauvé pour que j'comprenne un truc. Peut-être. J'ai la tête qui tourne sans comprendre pourquoi et j'attrape sa main avant de me laisser tomber sur la marche du dessus. J'oublie que j'viens d'avoir une poussée d'adrénaline digne du géant vert, que j'ai pas mangé depuis ce matin et que j'ai passé la moitié de la nuit dernière à chercher Lily dans tout le quartier. J'oublie tout parce que je peux pas me permettre de penser à autre chose. J'ai toujours dû faire des choix compliqués et j'sais très bien qu'il faut choisir vite et bien au risque de se foutre en l'air. Je le tire vers le sol. « Faut que tu m'expliques là. C'est quoi les bails, t'es un putain de tueur à gages ? Un espion ? J'vois pas pourquoi on m'ferait surveiller, j'ai même pas la thune de t'payer des frites, je l'ai volé à des types. J'croyais... » Te connaitre ? On connait jamais vraiment les gens Nashou. comme me sortirait surement Lily.


CODAGE PAR AMIANTE
Contenu sponsorisé
━━ ━━
MessageSujet : Re: La noyade ❤ Nash   

 
La noyade ❤ Nash
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]
» Noyade
» [ Toutes les eaux sont couleur de noyade ] - [ PV ]
» La noyade, un chaton ne dois pas pas sortir seul. {Pv Lac de Givre} EN PAUSE
» Noyade ? [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
si·de·re·al :: ✧ POINT FINAL :: archives :: archives rps-
Sauter vers: