I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)

avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Lun 23 Oct - 0:34

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
Le soleil n’allait pas tarder à se coucher alors que Lily revenait le sac plein de bouteilles, dont une déjà entamée, dans l’appartement qu’elle partageait avec Nash et Sun. Elle s’était permise de dévaliser le minibar de celui qu’elle avait croisé dans un club hier soir. Un petit rien pour compenser la frustration occasionnée, un petit butin pour se consoler d’une triste soirée. Trois heures de sommeil au compteur, elle baillait à s’en décrocher la mâchoire, n’aspirant qu’à faire la larve sur le canapé et chiper une part de ce qu’ils auraient bien cuisiné en son absence. Tout pour ne pas avoir à lever le petit doigt, tout pour pouvoir siroter son alcool pépouz et chasser les souvenirs de la veille.

Sauf que ce soir, son abruti de frère avait d’autres plans, comme le laissait entrevoir le ménage sommaire qui avait été fait dans l’appartement. Et par ménage, je parle du fait de tout entasser dans une pièce en priant pour que personne n’ouvre la porte sous peine de finir sous une avalanche de fringues crades et autres objets douteux non identifiés. Levant les yeux au ciel, elle prit le chemin de la salle de bain pour se rendre un minimum présentable. Soit passer trois heures et demi à se maquiller et se fringuer comme si elle allait tourner dans un clip de rap. Mais seulement après avoir vidé la réserve d’eau chaude de l’immeuble, seulement après avoir lavé les péchés de la veille.

« Mec tu casses les couilles à fêter l’anniversaire d’Ash aujourd’hui sérieux. » Dit-elle en s’allumant une cigarette du bout de ses doigts parfaitement manucurés. C’était clairement de la mauvaise foi, juste une énième excuse pour râler et se donner un genre. Parce qu’elle se servait déjà un verre Lily, sa fatigue oubliée, presque réjouie à l’idée de s’abandonner dans les excès d’une nouvelle soirée. La voilà qui branche déjà le vieil i-pod pourri qui rythme chacune de leurs soirées aux enceintes, duo qui ne manquera pas de faire envisager le suicide ou le meurtre à leurs chers voisins, cette bande de vieux rageux.

Puis, l’air de rien, elle se glisse vers Nash, mimant l’indifférence alors qu’elle se consumait de curiosité. Fière de son petit cinéma, elle se permet même de poser un bras autour de ses épaules, signe international du ”je m’apprête à te demander un service mais on va faire genre que c’est pas le cas”. « T’as invité qui ? » Une question anodine pour certains, un besoin viscéral de s’assurer qu’il viendrait pour l’autre. Elle a déjà son téléphone à la main, juste au cas où, prête à taper quelques mots sur son clavier pour l’inviter. Parce qu’elle avait besoin d’une excuse Lily, pour le revoir, pour mettre au placard son sale coup d’un soir de la veille.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Lun 23 Oct - 13:26

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
Je mets tout mon poids contre la foutue porte, suant comme un porc pour la fermer sans que rien ne dépasse et sans me coincer les main dedans. Je grogne comme un abruti, marmonnant mille et unes incantations vaudou et quand enfin je réussit à la fermer j'exécute un petit saut de joie en lâchant un yes tonitruant. Ce foutu rangement est ma hantise à chaque fois qu'on tape soirée à l'appart mais honnêtement, on peut pas faire sans. Si on devait danser et se bourrer la gueule au milieu de la merde qui encombre notre chez nous en temps normal, la moitié d'entre nous finirait à l'hosto avant d'avoir eu le temps de dire ouf. Je finis par aller tranquillement m'asseoir sur un des tabourets de la cuisine en me servant un grand verre de whisky. On va quand même pas s'laisser abattre. Avant de filer prendre une douche rapide. Et quand j'dis rapide, c'est ultra-rapide parce que j'entends la porte d'entrée claquer de la salle de bain et je sais que ma démone de soeur vient de rentrer. J'entends sa voix de salope claquer dans l'air comme la pauvre porte d'entrée. J'lui laisse la salle de bain et envoie un sms à Ash. Emoji tête de con, emoji jambes qui marchent, emoji pistolet et couteau. Grouille toi ou t'es mort. Puis j'discute un peu avec Sun qui est affalé dans le canapé en mode emo style "moi j'veux pas faire la fête" alors qu'on sait très bien que quand Lily lui aura refilé deux ou trois verres il va rire comme un poisson pané. « Mec tu casses les couilles à fêter l’anniversaire d’Ash aujourd’hui sérieux. » « T'as pas de couilles, à moins que le dernier gigolo en date les ai laissées dedans. » Je lève les yeux vers la vieille pendule. Au moins deux putain d'heure dans cette salle de bain, il fait presque nuit maintenant, heureusement que j'prévois toujours extra-large niveau temps. Ash est toujours pas là par contre, j'sais pas si j'devrais m'inquiéter ou m'en battre les couilles et c'est Lily qui décide pour moi en allant allumer la musique. Je finis par la voir ramper vers moi comme un serpent qui vient d'trouver un oeuf et je lève les yeux au ciel, désespéré. Je sens son bras immonde se glisser sur mes épaules comme si on était comme cul et chemise. Pourtant elle doit bien savoir depuis le temps que j'supporte pas qu'on m'touche en public, surtout pas elle quoi. « T’as invité qui ? » Je hausse les épaules en me dégageant de son bras. « Qu'est-ce ça peut t'fouuuuuuuutre. P'tain tu saoules, pourquoi elle a oublié sa pilule l'autre conne, j'aurais pu être fils unique, ma vie est gâchée. » Je vais m'asseoir sur le canapé à côté de Sun et je la toise de là. « A ton avis, j'ai invité qui ? Tout l'monde comme d'hab ! » Je lorgne sur son verre une seconde. « Tu peux m'faire un verre ? Et un pour Sun aussi parce qu'il parait qu'il veut pas faire la fête. En attendant j'commande macdo. » Je lui jette un regard entendu avant de décrocher mon téléphone pour gueuler au standardiste les menus qu'on veut, puis d'pas oublier la sauce barbec' et les donuts, vu que c'est un anniversaire on peut pas le fêter sans.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Lun 23 Oct - 19:39

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
Tard le soir, il la voyait encore dans son inexistence comme une tâche indélébile sur sa joue tout en laissant sa main frotter la pilosité de même pas six millimètres. Il pourrait se raser, mais ça attire les filles Dieu sait pourquoi ; il pourrait se raser, mais l'impression que la marque de la gifle serait encore là l'obsédait beaucoup trop. La marque n'est pas un avantage quand on a envie d'attirer dans ses filets. Encore fallait-il que ce soir il y ait des spécimens de la gente féminine. Si possible aux yeux bleus. Si possible avec un corps de bonita. Si possible filles faciles. Si possible apte à payer des verres. Mais encore fallait-il aller à une soirée ou dans un pub ou un bar ou une fête, qu'importe : leurs projets étaient toujours flous.  Ainsi le jeune loups — vieux con — , Seth, se déplaçait comme un poisson dans l'eau au milieu des rues déjà bien trop souvent traversés, emplis de tous les autres vieux cons de ce monde. Car il fallait sortir, s'échapper de cette bâtisse, s'évader de cette prison dorée de temps à autres et en faire un vilain petit secret qui atteindrait un jour, peut être, les délicates oreilles des dieux. Chose qui serait sûrement un peu bête, un peu débile et un peu rigolote à en rire, plus tard, lorsque la sagesse aura dissipé la frustration de s'être fait pincer.  Par qui on se le demande. Il y a bien longtemps que plus personne ne prenait la peine de lui faire la morale à ce môme.

Après avoir enfin atteint l'extérieur par un quelconque moyen saugrenu — car oui, juste passer par la porte principale n'a rien d'une aventure — il voulu s'allumer une cigarette. Malheureusement, le vent en voulu autrement. Laissons donc l'option du type ténébreux qui arrive caché par l'obscurité clope au bec à quelqu'un d'autre, dommage, bien essayé, bien tenté garçon.

« Merde » se dit-il, et il se sentait comme un tueur en série à répéter un acte, toujours le même, mais à force de faire ça, on finit par devenir insouciant et à faire une erreur. Cette erreur qu'il fallait oublier plus que tout, quitte à en mourir. Les mains dans les poches, le nez en l'air pour regarder la frontière entre la barrière et le ciel synonyme de liberté, le brun resta silencieux avant de reprendre sa course. Parce que Seth, malgré son amour pour la chaleur infernal d'une femme, la douceur de leurs lèvres ou encore la cambrure de leurs hanches, courrait ce soir là après un tout autre type de plaisir. L'un de ceux qu'on ne trouvait ni dans le sexe, ni dans les mécanisme de la baise. Non, ce plaisir là, il le tirait dans l'attente lancinante des corps qui s'effleurent sans s'éprendre, des mains qui fusent, des mots qui volent à travers une pièce. Ce soir là Seth courrait après sa comète personnelle, son brasier et son étoile. Il courrait après Lily.

▬  Mesdames faite place, on va parler sérieusement.

La porte fut refermée et ses bras croisés, fixant ses doubles d'un air amusé, le tout en ayant les sourcils comiquement arqués. Les scruter de haut en bas était presque devenue une habitude, néanmoins, cela ne devait pas trop se faire voir, au risque de finir avec un verre envoyé en plein visage. Simple question de principe, n'en doutons pas. Va te faire mettre. Il l'a sentait bien venir. Tellement de loin, qu'il se préparait déjà à contrer la chose. 'Fin non, il n'y a rien qui peut l'aider à contrer ce genre de phrases. Tout simplement parce que c'était vrai. Il pouvait être un adorable petit enculé. Mais Seth, il savait se faire pardonner, à coup d'alcool et de pilule colorées, des drogues douces qu'on glisse sous la langue dans la chaleur d'un baiser.  Il n'eut que le goût de contourner la table basse pour déposer son butin, s'affalant sur le canapé comme un roi sur son trône.

▬  Mais c'est que votre squatte à presque l'air vivable.

Ah Seth, on en mangerait.
CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Mer 25 Oct - 18:17

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
Les Miller. Une belle famille pour quelqu'un sans personne. Si leurs affaires traînaient absolument partout, si ils ne rangeaient rien et que tu passais toujours derrière eux pour mettre dans un sac toutes les épaves qui traînaient c'est que tu le voulais. Tu voulais leur faire plaisir et les décharger d'un poids. Après tout ici tu mangeais, tu dormais, tu n'avais rien besoin de faire, alors faire le ménage, la vaisselle, la cuisine, c'était comme payer ta part de loyer. Ton sourire ne s'effaçait pas même lorsque tu aidais Nash à fermer cette porte qui semblait rassembler plus d'affaires que n'en contiendrait un 500 mètres carré. " Yah... J'espère que personne ne l'ouvrira.. J'y veillerai ! "Riant un peu tu frottes tes mains alors que tu laissais cette porte tranquille la regardant une dernière fois avant de passer à l'autre pièce commençant à passer le balais, parce qu'un aspirateur ça va plus vite mais c'est trop cher pour les revenus serrés des Miller.

Lily rentrant tu lui prends le sac des mains en lui souriant. " Je vais ranger ça.. " Tu lui souris en allant directement ranger les bouteilles avant de finir ce que tu avais commencé. Le sol n'était pas si mal et puis on y voyait plus la couleur du sol. Ca changeait de tous les jours où les choses s'entassaient tellement que rien n'était visible. Une piscine d'affaires en tout genre.
Une fois tout le monde prêt tu t'éclipses à ton tour dans la salle de bain. Aussi rapide que Nash tu ressors tranquillement en ne te faisant pas réellement remarqué. Ici c'était toujours animé, le frère et la soeur se disputaient et bien souvent Sun était du genre à ne pas vouloir faire ce qu'on lui demandait. Le traîner avec toi à la bibliothèque te demandait des heures dans la cuisine généralement. Et un regard de chien battu.

Le premier invité arrivant tu vas vers Sun et lui sourit en tapotant son épaule. "Sun fais pas la tête " Doucement deux de tes doigts viennent étirer la commissure de ses lèvres alors que tu riais innocemment. Te levant tu saluas le nouvel arrivant. Ce gars, Seth... C'était quelque chose. Une bouche qui parlait généralement trop vite pour dire des subtilités que tu ne comprenais pas toujours, mais elle était parfaite. Cette bouche, ce visage, ce corps. En fait, Seth était magnifique à tes yeux et ça te faisait toujours, comme cette éternelle enfant qui ne pouvait pas sortir. " Nash je m'occupe des boissons qui veut quoi ?  "


CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Jeu 9 Nov - 12:32

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
Les disputes de Lily et Nash sonnaient comme mélodie gracieuse dans ses oreilles ; une symphonie classique dont les injures bien trop familières sublimaient à la perfection l’ambiance de la demeure. c’était ce cocon-là qu’il cherchait à protéger. S’vendre, oublier qu’il n’était pas un produit voué à être consommé, il s’en foutait de tout ça de devoir se souiller, plier les genoux devant des ingrats de la société, si cela c’était pour eux, pour lui, c’était ok.

C ’ é t a i t  o k.

Les yeux mi-clos, nonchalant, faussement ennuyé, il baille avant de grogner lorsqu’il entend son frère lui parler. m’fais pas chier Qu’il lui envoyait presque de son regard noir et de ses envies de meurtre qui s’y reflétaient.
Pourtant ironiquement, Sun était heureux, épanoui. Pour rien au monde il n’essaierait de changer sa situation de simple figurant. Parce que Sun avait toujours préféré le rôle de spectateur silencieux. Il aimait observer, sourire secrètement des interactions entre chaque être vivant afin de se délecter de leur éclats de joies et de leur rires.

Décidément il te manque un case Nash. T’as oublié? je travaille cette nuit.

Il soupire; ce soir s’en convaincra il sera tout simplement Sunday, pas la pute, encore moins le malfrat, seulement cet imbécile qui rimait comme un jour ensoleillé; ce pauvre gosse qu’on a adopté, ce pauvre gosse qui râle pour un rien, qui s’dit qu’la vie c’est une garce chaque matin.

décidément vous êtes relou tout les deux c’est pas possible. J’préfère être sobre dans l’cas où l’un de vous commencerait à vouloir tuer l’autre comme la dernière fois.

Puis il se perd à nouveau dans ses songes, ses rires solitaires et ses néfastes pensées. Dérangé qu’il est. S’imaginant déjà à devoir jouer le gigolo une fois la porte de sortie dépassée. Puis la douce la sort de ses sordides idées, magicienne qu'il pourrait l’appeler, pour son don de l'apaiser d'une simple phrase, d'un simple mots aux sonorités de velours qui le rendait un peu moins triste, un peu moins malheureux.

j’fais pas la gueule j’dis juste ce que je pense, tranquille.

Qu’il lui rétorque rapidement avant de désormais la suivre regard, hésitant à l’inviter à s’asseoir à ses côtés avant de se faire interrompre par cette une silhouette qui intriguait, attirait ses prunelles. Ah, Seth. Il grimace sans s’en cacher face à ce visage qu’il ne saurait ignorer.

ça fait un bail mec.

Il faisait sonner ses mots innocent comme une attaque du bout de ses lèvres gercées. S’il le pouvait, il s’enfuirait, juste pour l’éviter, éviter son regard et sa déception. Sun l’a trahi, sun a fui et à chaque instant où il partageait le même espace que le sien, il y a une infinité de regrets qui commençaient à l’attaquer, à s’dire

et si? Et si tu n’avais pas agi comme un connard Sunday? Et si, pour une fois t’avais essayé d’agir comme un fucking human?

Sunday et sa peur d’être démasqué, Sunday et sa peur de voir son mondre écroulé; Ah, c’était ok si c’était au prix d’une amitié bafouée.

Si t’es venu ken lily, faites-le ailleurs que sur le canapé. C’est mon territoire pour ce soir. merci.

Il claque sa langue contre son palais, faisant commencer les hostilités. Et sans plus attendre il attrape un verre d'il ne sait quoi avant de le boire cul sec. Par simple provocation, pour la simple envie peut-être de faire l’intéressant.

CODAGE PAR AMIANTE
avatar
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   
Ven 10 Nov - 22:05

Millers
&
friends
I like us better when we're wasted
un désastre. c'est un bon résumé de la journée du garçon aux cheveux argentés qui traîne ses guibolles sans aucune motivation dans les rues de la ville, les mains dans les poches, les cheveux crades comme à peu près tous les jours. les gens qui passent sur son chemin prennent soin de l'éviter, surement parce qu'il ressemble à quelqu'un qui vient soit de se mettre la tête dans un caniveau et de se laver la tête dans l'eau des égouts, soit comme quelqu'un qui prend de la drogue de façon régulière. il ne ressent aucune animosité envers eux, le trou noir hôte de sa poitrine décidant de ne pas accorder d'attention à leur image de lui. il n'en a pas lui-même après tout, c'est à peine s'il parvient encore à distinguer les traits de son visage, les contours de la personne qu'il était censé être lorsqu'il se regardait dans un miroir. sa journée, il l'a passé sans astres. il sait déjà ce qui l'attend lorsqu'il entamera la montée qui mène à son appartement, les chaussures brillantes qui se dessineront au seuil de sa porte, parce que ces enculés trouvent toujours un moyen de pénétrer par effraction dans son appartement. la première fois que c'était arrivé, il s'était pris une rouste dans son sommeil, se réveillant avec un un talon collé contre la pommette et des ombres menaçantes autour de lui. la deuxième fois, on lui avait piqué ses meubles. mis à part son matelas dégueulasse dont personne ne voulait, pas même la pègre. rechignant à rentrer pour se prendre la déculottée de sa vie, le garçon cherche une alternative à sa soirée désastreuse, et cette dernière se présente sous la forme d'une vibration dans la poche de sa veste. sur son téléphone, des emojis que même quelqu'un d’illettré comme lui serait capable de comprendre : bouge ton cul ou t'es mort. ni une ni deux, ses jambes le portent jusqu'à l'appartement de son meilleur ami, et c'est la respiration haletante et la sueur aux tempes qu'il ouvre la porte avec fracas. "bah putain." lâche-t-il devant les packs de bière et le monde qui squatte l'appartement, cherchant déjà des yeux la tignasse familière de nash. "on fête la mort de qui cette fois ?"
CODAGE PAR AMIANTE
Contenu sponsorisé
━━ ━━
MessageSujet : Re: I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)   

 
I like us better when we're wasted (ft. la fam des cdc)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I’m so aware it’s silent ± Ash&Sol
» Ray ◊ The wasted years, the wasted youth. The pretty lies, the ugly truth.
» YOUNG AND WASTED. ▼

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
si·de·re·al :: ✧ POINT FINAL :: archives :: archives rps-
Sauter vers: