Ren → Bow

Ren Kobayashi
━━ administrateur ━━
✧ Arrivé le : 23/10/2017
✧ Messages : 201
✧ Avatar : pcy
✧ Crédit : Sial
✧ Multicompte : Silver Hazard-Mori
✧ Fiche : REN → BOW
✧ Couleur : #624F7A
✧ Thèmes : 0.1 Love gets in the way.
✧ Rps en cours : He said pyjama party - Neo
Scary shit behind us - Az
s a t a n 's k i n d a c u t e - Lune
shit just got real - Alice + Dae
Ren → Bow Tumblr_p36374zQ1L1wr97lao2_250

Son nom de scène est Rain ((oui, il s'est pas foulé)) - Toujours en train de crier - C'est le seul de l'appart à avoir un dressing ((qui fait la taille de sa chambre)) - Il hurle et se barre en courant lorsqu'il voit la moindre araignée ((ou mouche)) - Il joue de la guitare et du piano depuis qu'il a douze ans et a d'ailleurs les deux chez lui - Il a loupé son permis quatre fois ((et ne l'a toujours pas)) - Il a peur du noir et ne peux pas dormir sans veilleuse sauf s'il dort avec quelqu'un - Il a des troubles alimentaires - Il passe une heure quarante-cinq dans la salle de bain tous les matins - Il croit depuis toujours qu'il possède des dons exceptionnels parce qu'il est fils d'une étoile - Il passe son temps à nettoyer l'appart de fond en comble - Il ne supporte ni les hopitaux ni la médication et est parfois sujet à des crises d'angoisses et des cauchemars à ce sujet - Il a eu recourt à la chirurgie esthétique ((contre son gré)) - Son premier album est double disque de platine - Il fait une pause dans sa carrière mais continue à écrire des chansons - Il a un poisson rouge nommé Némo qu’il rationne en nourriture parce qu’il le trouve trop gros ((pas étonnant quand on sait que tous ses colocs le nourrissent tour à tour en passant devant)) - Il est sorti avec Taylor Swift pendant 4 mois -
✧ Âge : 21 ans
✧ Occupation : Auteur-compositeur-interprète, danseur, mannequin et modèle photo à ses heures perdues. ((carrière entre parenthèses))
ATM : étudiant en philosophie

Feuille de personnage
Localisation : Clématis
Tes poches :
Dans ta vie :
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyLun 23 Oct - 17:06

─ Kobayashi Ren ─
ft. Park Chanyeol
tactile, doux, moqueur, exubérant, Egocentrique, fleur bleue, trouillard, délicat, maniaque, perfectionniste, sensible, fêtard, franc, généreux, bavard, crédule, indécis.

Il entre en claquant la porte, enlève ses chaussures et court dans sa chambre pour ranger ses affaires. Puis on le voit revenir, et foncer à la cuisine, s'activer avec ses gants de ménage et son éponge, parce qu'il supporte pas que les choses ne soient pas rangées à leur place ou que l'appartement ne soit pas immaculé.
Puis quand il a finit, il vient s'affaler sur le canapé, en posant sa tête sur quiconque a le malheur d'être assis là pour raconter sa journée. Parce qu’il raconte sa petite vie Ren, il la raconte si bien qu’on a l’impression de regarder un drama, qu’on veut savoir la suite, ce qu’il s’est passé, ce qu’il a dit. Ren, il a toujours l’air de sortir d’une relation amoureuse ultra-compliqué, il vient toujours de se faire larguer ou de s’embarquer dans un truc foireux. Ren, il lui arrive un lot de mésaventures impossible à égaler, il a toujours de quoi se plaindre. Il est très bavard et a naturellement tendance à s’incruster dans les conversations des autres; s’il attend son bus tout seul et qu’il lui arrive un truc de fou en direct sur facebook, il est capable de le raconter au vieux qui attend sur le banc à côté de lui, à l’ado aux écouteurs vissés dans les oreilles ou éventuellement même à l’Abribus. Ren, il fait le fort sur les photoshoots, il fait le mec mystérieux, il prend des serpents sur ses épaules et se maquille comme s’il était gothique parfois, mais quand on le connait, on sait que c’est le premier à sauter au plafond, à crier comme une fille et à partir en courant au moindre signe qu’un insecte occupe la pièce. Il pleure devant Titanic et passe l’intégralité du film à se cacher les yeux s’il y a trop de sang. Il croit en l’amour et en tous ces truc qu’on voit dans les films, le mec qui rattrape la fille avant qu’elle ne tombe par terre, les couples qui s’embrassent sous la pluie en pleurant, le héros qui débarque pile au moment où son crush se fait agresser. Il en rêve un peu sans se rendre compte qu’il est trop volage pour que sa vie amoureuse ressemble à celle d’un drama.



Toujours en train de crier - C'est le seul de l'appart à avoir un dressing ((qui fait la taille de sa chambre)) - Il hurle et se barre en courant lorsqu'il voit la moindre araignée ((ou mouche)) - Il joue de la guitare et du piano depuis qu'il a douze ans et a d'ailleurs les deux chez lui - Il a loupé son permis quatre fois ((et ne l'a toujours pas)) - Il a peur du noir et ne peux pas dormir sans veilleuse sauf s'il dort avec quelqu'un - Il a des troubles alimentaires - Il passe une heure quarante-cinq dans la salle de bain tous les matins - Il croit depuis toujours qu'il possède des dons exceptionnels parce qu'il est fils d'une étoile - Il passe son temps à nettoyer l'appart de fond en comble - Il ne supporte ni les hopitaux ni la médication et est parfois sujet à des crises d'angoisses et des cauchemars à ce sujet - Il a eu recourt à la chirurgie esthétique ((contre son gré)) - Son premier album est double disque de platine - Il fait une pause dans sa carrière mais continue à écrire des chansons - Il a un poisson rouge nommé Némo qu’il rationne en nourriture parce qu’il le trouve trop gros ((pas étonnant quand on sait que tous ses colocs le nourrissent tour à tour en passant devant)) - Il est sorti avec Taylor Swift pendant 4 mois -  

groupe :
errants
prénom(s) nom :
Ren Kobayashi
âge :
21 ans
date de naissance (ou d'incarnation) :
21 décembre 1996
lieu de naissance (ou d'incarnation) :
Sendai, Japan
nationalité :
Japonaise
occupation :
Auteur-compositeur-interprète, danseur, mannequin et modèle photo à ses heures perdues. ((carrière entre parenthèses))
ATM : étudiant en philosophie
situation familiale :
Ca fait longtemps qu'il en a plus.
situation monétaire :
prends des douches à l'or liquide (ou presque)
taille :
1m87



La gifle claque sur ma joue et je ne m'attend pas le coup de pied qui me renverse en arrière. La violence et la rapidité de la scène en feraient presque quelque chose de surréaliste pour quelqu'un d'extérieur, mais moi j'ai l'habitude, tellement l'habitude que lorsque ma tempe rencontre le bord de la table basse et que les sons se brouillent à mon oreille je laisse pas de son s'échapper, je suis pas surpris par la douleur. Mes yeux s'emplissent de larmes et ma main vient caresser ma tempe doucement tandis que je me roule en boule. C'est pas si terrible, j'ai l'habitude. Je me le répète pour que ça rentre, que c'est pas grave tout ça, que ça va durer qu'un moment, puis que maman rentrera. Et elle finit par rentrer maman, avec ses longs cheveux noirs et ses yeux trop doux pour cette maison. Elle se dispute avec mon père à cause de mon bleu, c’est toujours à cause de moi qu’ils se disputent, c’est surement pour ça qu’il me déteste. Parce que quand je vois le regard qu’il pose sur ma mère, je sais qu’il en est profondément amoureux. Il l’aime du genre d’amour qui vous fait tout oublier, qui vous fait même renoncer à vos rêves au profit de ceux de l’autre. Maman, son rêve, c’était de parcourir le monde et d’avoir un enfant. Mon père avait jamais eu l’argent de l’emmener bien qu’il se tuait au travail dans l’espoir de pour un jour réaliser son rêve. Et puis, ils m’avaient eu moi, elle disait que j’était son grand amour et je pense que c’est pour ça aussi que mon père m’en voulait.
Maman, elle me racontait toujours ses histoires d’étoiles et de constellations. Elle m’apprenait le nom des étoiles dans le ciel et me disait comment elles étaient entre elles. Elle m’avait dit, quand j’était tout petit qu’elle était une étoile, elle m’avait montré sa constellation. Elle venait d’Ursa Major, la grande casserole qu’elle m’avait apprit à repérer. Elle m’avait dit qu’elle s’appelait Mizar là haut et qu’elle avait une soeur, Alcor, qui veillait sur elle d’en haut. J’avais été heureux de savoir que quelqu’un veillait sur ma maman, au moins j’étais sûr que rien ne lui arriverait, parce qu’une étoile c’est fort, ça devait forcément posséder un tas de pouvoirs magiques.




Dans ma vie, les choses importantes se résumaient à peu. Ma maman, le chocolat, le chant, mon meilleur ami. Dans cet ordre là. Ma mère m'a toujours poussé à faire ce qui me plaisait, et elle savait que chanter me plaisait, alors elle m'a fait promettre, de chanter tous les jours pour elle. Je l'ai fait bien sûr. J'étais qui pour refuser ça à une étoile ? Et puis j'aimais voir le sourire de ma mère lorsque mes notes s'envolaient trop haut pour qu'elle puisse me suivre. Elle disait que j'avais une voix d'or, que c'était un de mes nombreux dons parce que j'étais son fils. Et je l'ai crue.
Puis, un jour, un garçon de ma classe a finit par insulter ma famille. Et si les insultes envers mon père ne me dérangeaient pas plus que ça, le fait qu'il parle de ma mère m'a enflammé. « Ma mère c'est une étoile ! Et toi, t'es quoi pour parler d'elle comme ça ? » Et puis, je l'ai poussé et je m'en suis prit une dans la figure alors j'ai rendu. On a finit par rentrer chez nous plein d'hématomes, la peau rougie, du sang par endroit même. Mais j'avais défendu ma mère, c'est tout ce qui comptait. Le problème quand on révèle ses secrets, c'est qu'il y a toujours une mauvaise oreille dans lesquels ils peuvent tomber. Et la mauvaise oreille en question s'appelait Yuki. Yuki, c'était le fils unique d'un monsieur qui avait réussit, il dirigeait un laboratoire de recherches de niveau national son papa, et il avait déjà eu affaire à un astre une fois, sans pouvoir en obtenir quoi que ce soit. Alors en entendant qu'une autre étoile se cachait là, au nez et à la barbe de l'humanité et qu'en plus elle avait eu un enfant avec un humain, il a voulu les deux. Et ça n'a pas été très difficile pour lui de m'enlever puis de se servir de moi comme appât pour que ma mère ne vienne se livrer en pâture à leurs expériences immondes.


Il y a eu les analyses, les prises de sang, les prélèvements de moelle et de tout ce qu'ils pouvaient me prendre en fait. Ca faisait mal parfois, ça m'arrachait des cris ou des larmes. Pourtant je sais qu'ils essayaient de ne pas me faire de mal pour la plupart, je voyais leurs visages désolés penchés sur moi, j'entendais leurs paroles douces et je sentais leurs caresses dans mon dos ou mes cheveux. Ils cherchaient quelque chose sur moi, sans que je ne sache vraiment quoi. On m'avait isolé de ma mère, isolé de tout et de tout le monde en fait, je vivais dans une chambre blanche, colorée d'un meuble bleu clair que je détestais autant que le reste. Parfois ils me laissaient un livre à lire, mais je passais le plus clair de mon temps à chanter en espérant que maman passe par là et n'entende ma voix. Je n'étais qu'un enfant et mon esprit a brouillé la moitié des souvenirs que j'ai de cette époque, pourtant je me souviens nettement du jour où on je marchais dans le couloir, en papotant avec les docteurs qui m'entouraient et où je l'ai aperçue. Elle était laide, décharnée, éteinte, douloureuse. Je me suis élancé vers elle dans un cri et les médecins n'ont pas eu le temps de m'attraper. Le regard de ma mère s'est éclairé et elle s'est dégagée de la poigne des hommes qui l'entouraient pour tomber à genoux et me serrer dans ses bras menus. J'ai eu mal au coeur, j'en ai même pleuré. « Survis moi Ren. Tu restes l'amour de ma vie. » Les derniers mots que ma mère m'a adressés, plus doux qu'un murmure. Je ne les ai pas compris tout de suite, je n'ai pas su qu'elle savait qu'elle allait mourir. Je pensais encore avoir un espoir de reprendre une vie normale, comme avant, même si je devais revoir mon père. J'avais troqué un monstre pour un autre mais celui-ci était encore pire que l'autre. Ma mère est morte lorsque l'hiver est arrivé, et étrangement, Yuki aussi. Une pneumonie fulgurante l'a arraché à son père quelques jours seulement après la mort de ma mère et j'ai toujours cru dur comme fer que c'était son oeuvre, le témoignage de la force qu'elle possédait et dont elle n'avait jamais fait preuve. Je savais qu'elle n'aurait jamais volontairement tué quelqu'un, encore moins un enfant, alors j'en ai déduit que lorsqu'une étoile mourrait, elle emportait quelqu'un avec elle.


Suite à la mort de ma mère et de Yuki, le directeur du laboratoire a subitement changé d'approche. Je crois qu'il était presque aussi dévasté que moi même si j'avais l'impression que rien ne pourrait jamais égaler ma peine, que personne ne pourrait jamais me comprendre. Il m'a retiré du laboratoire, il m'a emmené chez lui et m'a installé dans la chambre d'amis où j'ai passé deux semaines à pleurer ma mère en silence et à manger du bout des lèvres les repas qu'il m'amenait. Et puis il a finit par en avoir marre, il m'a obligé à sortir et il a eu raison. Il m'a dit que j'allais retourner à l'école, que maintenant qu'on avait tous les deux perdu quelqu'un, on était dans le même bateau, que je resterais avec lui. Comprenez qu'il avait surtout peur de ce que j'aurais pu raconter, et il était curieux aussi, de voir ce que j'allais devenir, ce que j'allais faire, ce dont j'étais capable. Lui aussi s'intéressait aux capacités des astres, à leur nature, à ce qu'on pouvait tirer d'eux. Et j'étais certainement un spécimen qu'il n'aurait pas à sa portée tous les jours, le fils d'une étoile. Je suis retourné à l'école et il a vite découvert mon don pour le chant, alors il m'a poussé dans cette voix à son tour, entachant au passage les doux souvenirs que j'avais de ma mère. La puberté a finit par m'attraper, n'entachant en rien la beauté de ma voix. C'est à ce moment là qu'il a décidé que je ferais de la musique, que j'avais pas besoin d'aller à l'école puisque j'avais un don. Je n'ai apprit qu'à l'âge de quatorze ans que mon père s'était suicidé des années plus tôt, juste après la perte de son unique amour. Je n'avais jamais été proche de mon père et pourtant, une larme a roulé sur ma joue. Je n'avais plus personne, ma famille avait été décimée par un seul homme et il était tout ce qu'il me restait, cet homme. Je pense qu'il ne m'aurait jamais apprit la nouvelle pour mon père si je n'avais pas posé la question lorsqu'il m'a annoncé qu'on déménageait.


Los Angeles, ses plages interminables, ses filles aux cheveux décolorés, et surtout, sa renommée internationale. C'est là qu'il m'a emmené, c'est là qu'il m'a inscrit dans une école d'art, où je me suis perfectionné en chant tout en apprenant la danse. J'avais toujours manqué de nourriture étant petit et maintenant que j'en avais à foison, on m'obligea à me rationner. Je devais être tout en muscle et ne pas prendre un gramme de trop. Chaque jour était prétexte à un nouveau régime et j'ai finit par craindre l'heure du repas, lorsque mon estomac criait famine, lorsque j'avais mal partout mais que je ne devais manger que ma portion. Heureusement, quelqu'un se chargeait toujours de manger le reste à ma place. Et puis, lorsque à l'aube de mes dix-sept ans, j'ai rencontré un gars du milieu qui m'a arrangé un featuring avec une star internationale. C'est comme ça qu'on m'a remarqué. Honnêtement, j'en ai jamais démordu : j'étais persuadé qu'Alcor veillait toujours sur moi, que c'était cette étoile, ma bonne étoile, qui m'apportait la chance qui me suivait partout. Alors j'ai écrit des chansons, des tas de chansons, sur ces fameuses étoiles et j'ai finit par en faire un album. Ursa Major. L'album a reçu un succès fou, tel à vrai dire qu'en quelques jours mes chansons avaient fait le tour de la Terre. Double disque de platine à dix-huit ans, un record à l'époque et j'ai vite basculé dans un autre monde. Hollywood. Les soirées mondaines, les millions de followers sur instagram, le demi-milliard de vues sur youtube, les couvertures de magazines. Et puis, ils ont finit par me dire que j'étais beau et ils m'ont fait signé un contrat de mannequinat en plus. Je ne savais plus où donner de la tête. J'ai passé deux ans à jongler entre les défilés, les tournées interminables, les émissions, tous les endroits où j'étais invité. Je n'ai plus jamais revu le directeur du laboratoire et je n'ai jamais cherché à le faire. J'étais exténué de toutes façons, je ne ressemblais plus à moi-même et pour être honnête, je n'étais plus sûr de qui j'étais vraiment, de comment j'étais, je m'étais perdu quelque part sur le chemin et j'ai senti qu'il était temps que je m'éloigne de ma vie. J'étais certain que ce n'était pas ce que ma mère aurait voulu.


Il a acheté un immense appartement au dernier étage d'un building dans les Clématis avant de se rendre compte qu'avoir six chambres pour une seule personne c'était débile, qu'il se sentait seul et qu'en plus il était pas si proche de la fac que ça. Parce qu'il avait décidé de reprendre des études, Ren. Alors forcément, il avait été obligé de falsifier un petit baccalauréat mais il ne voyait pas le problème. Il a coché le premier truc qui venait sur le papier, de toutes façons il n'avait pas d'idée précise de ce qu'il voulait faire. Et puis, après son inscription à la fac, il a décidé de faire une recherche de colocataires sur internet et en baissant assez le prix des chambres, vu le standing de l'appartement, il a vite trouvé trois personnes pour remplir la moitié des chambres de l'appartement. Le reste sert principalement de chambres d'amis.


PSEUDO : Nash bis AGE : 22 tjrs DÉCOUVERTE DU FORUM : ici

Jsp si je garde cet ava, affolez pas vos chattes.
Ren → Bow 361983980

Thane Borealis
━━ vieux de la vieille ━━
✧ Disponibilité :
  • Disponible

✧ Arrivé le : 09/10/2017
✧ Messages : 456
✧ Avatar : Choi Youngjae (GOT7)
✧ Crédit : Nono
✧ Fiche : Fiche | Liens | Chronologie
✧ Thèmes : Alex - Emotions
✧ Rps en cours : Andreas | Nova
Ren → Bow Tumblr_nxo4vtX5El1uf84lgo7_r1_500
✧ Âge : 26 ans
✧ Occupation : Sans emploi

Feuille de personnage
Localisation :
Tes poches :
Dans ta vie :
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyLun 23 Oct - 18:49

Encore ! Ça y est tout le monde est en train de se dédoubler XD

Amuse toi bien avec ce nouveau perso !



It's a beautiful Sky

L'acte créateur est une douleur. Il faut un courage fou, effarant. Et l'acte créateur est dangereux : vous pouvez être amené là d'où il n'est pas certain que vous puissiez revenir.
Anonymous
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyLun 23 Oct - 19:03

Même pas le temps de dire ouf et de finir ma fiche :/
Anonymous
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyLun 23 Oct - 21:44

Azy je veux un autographe et un featuring dans ton prochain clip Ren → Bow 2294796907

Encore un perso de fifou jpp, stahp de me faire mourir des feels comme ça, je suis jamais ready Ren → Bow 3233130898
Anonymous
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyMar 24 Oct - 15:08

──── VALIDATION ────


bravo !

ptn ce perso ??? jpp, je l'adore trop. tu gardes cet avatar du coup ? gosh. dans tous les cas il nous faudra un lien hein, j'aime trop ren et j't'aime trop toi, voilà. Ren → Bow 4239577074 Ren → Bow 4239577074 Ren → Bow 4239577074

liens utiles

pour t'aider, voici une petite suite de liens utiles !
recensement global
demandes de rp
fiches de lien
chronologies
virtuel
n'oublie pas de remplir ton profil et d'activer ta feuille de personnage !
enjoy !

Anonymous
Invité
━━ Invité ━━
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow EmptyMar 24 Oct - 15:09

lyssamour a écrit:
et j't'aime trop toi, voilà.

PTDR ?????
Merci t'es trop chou jpp Ren → Bow 1902849136 Ren → Bow 1902849136 Ren → Bow 1902849136 Ren → Bow 1902849136 Ren → Bow 1902849136
Contenu sponsorisé
━━ ━━
MessageSujet : Re: Ren → Bow   
Ren → Bow Empty

 
Ren → Bow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
si·de·re·al :: ✧ CRÉATION D'ÂME :: fiches :: validés-
Sauter vers: