we love like battleships (leo)

avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 25
✧ Avatar : iron
✧ Crédit : ma femme (avatar)
You think you're smarter than me with all your bad poetry, i'm not a little kid now, watch me get big now



suite à la mort du soleil, son corps brille par moment, et l ressent des vertiges extrêmes qui vont parfois jusqu'à le rendre aveugle pendant quelques minutes voire le faire s'évanouir, faiblesse immunitaire, il chope toutes les maladies qui passent.
✧ Âge : vingt-trois ans
✧ Occupation : les petits boulots
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : we love like battleships (leo)   
Dim 5 Nov - 12:48

Caresses brûlantes au goût d’éternité, sur leurs lippes qui rentrent en collision, brutalement. Danse de leur corps dans l’union intime que leur confère cette chambre, un fond jazzy dans la pièce d’à côté arrive discrètement jusqu’à ses oreilles, tente quelques harmonies en compagnie des gémissements qui en perturbent les sonorités, de temps à autres, souffle rauque et voix cassé. Pas le temps d’éteindre le gramophone quand la passion s’enflamme en un éclair, d’un simple regard échangé. Neo sourit. Au-dessus de Leo, son épiderme pâle éclairée par un simple rayon de lune, une ancienne amie à lui. Dans une autre vie. Une existence qu’il ne regrette presque pas, parce qu’aujourd’hui, il y’a cet homme dans sa vie. Il se penche pour murmurer quelques mots à l’oreille de Leo, bénit sa perfection tandis que ses mains empreintes de tendresse viennent s’agripper à son hanche. Contact presque déplacé dans la bestialité de leur ébats, qui dure encore et encore, jusqu’à ce que sa vision se floute. La fin. Plusieurs minutes après, il a encore la force de trainer sa frêle carcasse jusqu’à sous la douche, s’amuse des flocons de neige que le gel douche aux effluves vanillées créé entre ses mains. Il se sèche rapidement et revient auprès du jeune homme, peau toujours dénudée mais membres moins endoloris, l’eau brûlante ayant apaisée la sensation.

Leo dort déjà. Il ressemble à un enfant ainsi, paupières closes. Il ne ressent plus la moindre animosité de sa part, plus de peur. Délicatement, ses doigts frôlent la peau douce de Leo, écartent une mèche rebelle qui se pensait capable de lui ôter la vision totale de ce visage qu’il aimait tant. Il sourit encore, esquisse naïve qui s’étend jusqu’aux commissures de ses lèvres. Ces mêmes lèvres qui viennent lentement se poser sur l’épaule du brun, pas assez pour le réveiller, juste pour le sentir proche de lui. Il pourrait rester ainsi pour toujours.

avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 34
✧ Avatar : kim minseok (kok)
✧ Crédit : neovenus (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Dim 5 Nov - 15:23

Leo. Leo à la merci de Neo. Les mains liées. Lui qui résiste au début mais à force de le regarder, il cède. Il voit Noa, le passé. Les mêmes traits et il y a comme un goût d'antan qui lui revient. Il ne peut pas résister, il n'est pas lui-même. Il est le Leo tué, mort avec Noa mais là, on le resuscite. Neo, Neo. Il y a ses yeux noirs; ils le scrutent, le déshabillent comme ses mains le feront après. Et Leo, il s'abandonne. Se laisse aller. Leurs lèvres qui se dévorent presque, leurs corps qui s'épousent. L'harmonie parfaite. Un fond de jazz en mélodie; mais Leo nuit à ces sons. Ses cris, gémissements obscènes. Ils troublent la musique mais Neo ne lui en tient pas rigueur. Et ça continue, encore et encore. Sous la lumière lunaire, ils ne deviennent qu'un. Et Leo, il se perd dans ses pensées. Il y a tout qui se mélange. Le passé, le présent. Noa, Neo. C'est mal mais c'est tellement bon. Surtout lorsqu'il l'entend lui murmurer au creux de l'oreille. C'est doux, peut-être trop mais Leo, il ne s'en lasse pas. Il le laisse faire, lui ordonne de ne pas s'arrêter, de continuer. Camé, camé de ce toucher - de Neo, peut-être un peu - . Danse qui s'éternise et puis c'est la fin. Leurs respirations troublées, l'apogée atteinte. Leo, il se laisse tomber sur le matelas. Il regarde autour de lui mais son corps reste immobile. Il sent sa poitrine qui se soulève, son cœur qui reprend le rythme normal. Il n'a pas la force d'en faire plus. Et puis Neo est déjà sous la douche. Alors il ferme les yeux. Il repense à eux deux. Souvenirs embués; c'est comme s'il venait de rêver. Mais non, c'était bien réel. Vrai, dans ce tissu de mensonges. Comique et c'est sur cette note que Leo s'endort. Enfant qui ne pense à rien, qui oublie. Peut-être qu'il aurait dû faire ça dès le début. Il ne sent même pas les doigts de Neo qui viennent frôler sa peau. Leo est ailleurs, monde parallèle. Les songes, mélancoliques. Le baiser sur son épaule, il n'en saura rien. Leo sait juste que les heures défilent et qu'il se réveillera à cause du soleil.


Rayons fatidiques. Lui qui ne peut qu'ouvrir les yeux. Et il ne sait pas comment il s'est retrouvé ainsi mais il est contre Neo. L'entoure de ses bras, la tête dans son cou. Est-ce que son subconscient lui jouerait des tours ? Leo bien plus attaché qu'il ne le voudrait. Et il l'observe. Première vision, la meilleure. Neo, Neo. Beau, docile. Bel endormi. Ses doigts viennent tracer des lignes invisibles sur son torse. Leo qui offre une douceur inattendue. Mais il doit redevenir lui-même. Ce n'est pas possible autrement. Il se lève, direction la salle de bain.

Eau qui coule, qui brûle. Leo qui efface - ou du moins essaie -. Les traces de la veille sont toujours bien présentes. Il ne regrette pourtant rien. Sauf qu'elles sont un peu douloureuses. Un cri retentit, le sien. « Neo, apporte-moi la crème dans ma table de nuit. » Leo qui ne pense pas, Leo qui agit simplement. Il sort de la douche, serviette autour de la taille. Et puis il les regarde, bien vives au creux de son cou. Neo.




avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 25
✧ Avatar : iron
✧ Crédit : ma femme (avatar)
You think you're smarter than me with all your bad poetry, i'm not a little kid now, watch me get big now



suite à la mort du soleil, son corps brille par moment, et l ressent des vertiges extrêmes qui vont parfois jusqu'à le rendre aveugle pendant quelques minutes voire le faire s'évanouir, faiblesse immunitaire, il chope toutes les maladies qui passent.
✧ Âge : vingt-trois ans
✧ Occupation : les petits boulots
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Ven 10 Nov - 12:19

Le sommeil ne le gagne que quelques petites heures. Perdu dans la contemplation de Leo, son visage sculpté par les dieux, seule explication à la perfection de ses traits dont il ne pouvait dévier le regard. Leo est encore plus beau quand il dort. Il semble plus apaisé, le pli soucieux de son front se dissipant doucement alors que sa respiration se stabilise. Neo sourit. Encore. Toujours. Idiot et con quand l’autre était à ses côtés, comment pouvait-il en être autrement. Ce soir, Leo s’était abandonné à lui, ce n’était pas quelque chose qui arrivait souvent, et à ses yeux, ça rendait ce genre de moment d’autant plus précieux. Jusqu’à la fin. La douceur revient alors régner sur leur échange, quand Leo est épuisé et affalé contre le grand lit. Et ce n’est qu’une fois endormi que Neo revient à lui, il dépose des baisers sur son épaule, devient plus téméraire en caressant délicatement le bas de son ventre. Leo. Une œuvre qu’il admire, qu’il aimerait chérir plus que tout. Son seul repère dans ce monde depuis qu’il avait oublié le soleil. Son éclat est plus radiant, et sa chaleur toujours si proche. Il n’a besoin que de poser sa main sur sa peau pour qu’il s’embrase. Il reste là, pendant des heures, les yeux fixés sur lui, se contentant des faibles éclats de lune et de ce qu’ils daignent bien lui montrer de cet homme. Le seul qu’il n’avait jamais connu.

Il ne sait pas exactement quand est-ce que le sommeil finit par le gagner, quelque part entre ses lèvres contre la tempe de Leo et ses doigts qui glissent honteusement contre les siens, à la recherche d’une tendresse à laquelle il n’a que bien peu le droit.

Il se réveille à la sensation des doigts de Leo sur son torse. Il n’a pas le temps de dire ce n’est qu’un songe encore ou la réalité parce que le jeune homme se lève déjà. Neo roule doucement au côté du lit où le brun était avant, comme pour sentir encore plus son odeur, la tête contre son oreiller. Il entend le bruit de la douche et sourit simplement avant d’ouvrir enfin les yeux. Son bras de tend vers le téléphone que Leo lui avait dernièrement acheté, le dernier modèle à ce qu’il parait, Neo n’y connait rien à vrai dire, il se contente de jouer aux jeux que le garçon lui a installé. La voix de Leo trouve son chemin jusqu’à son oreille. La crème ? Il se redresse et enfile rapidement un sous-vêtement avant d’ouvrir le tiroir de la table de nuit. Il n’y a jamais posé la main avant. La crème est bien là, ainsi que quelques autres lotions et une pile de…cartes ? Il n’est pas certain. Neo, l’enfant curieux de tout, peut-être qu’il aurait dû se manger les doigts au lieu de les faire tenir les photos. Il les retourne, l’une après l’autre. La crème dans sa main tombe au sol laissant son contenu se répandre sur le parquet. Leo allait surement le disputer, mais il ne pense pas à ça. Non. Son regard, il est juste posé sur les photos. C’est lui. Leo et lui. Dans des vêtements qu’il ne se souvient pas avoir, dans des endroits qu’il n’a jamais vu, une tendresse dans le regard de Leo qui ne lui a jamais été adressée. Ce n’est pas lui. Leo et un autre qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Il ne se tourne pas, il sent la présence de Leo derrière. « C’est quoi…ça ? » Voix qui craque. Voix qui casse. Âme qui éclate en sanglots.

avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 34
✧ Avatar : kim minseok (kok)
✧ Crédit : neovenus (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Lun 20 Nov - 13:35

Rosées, violacées. Des constellations tracées de ses dents. Des marques qui lui rappellent Neo. L'ardeur, l'envie. De se toucher, de se posséder. D'être ensemble. Hier, c'était comme un songe. Un rêve dont Leo se souvient bien. ça lui paraît parfois flou mais les marques ravivent sa mémoire. L'embrasent aussi. Ses doigts glissent dessus, les souvenirs remontent. Neo, Neo. Il était loin d'avoir détesté ça. L'impression de n'être rien qu'une pièce entre ses mains, qu'une poupée entre ses bras. Leo, il n'avait pas lâché prise depuis longtemps. C'était comme retourner à l'ancien lui, aux nuits fougueuses avec Noa. A leurs rôles qui s'inversent, leurs envies complémentaires. L'harmonie qu'il croyait parfaite. Enfin ça, c'était avant qu'il ne découvre que l'amour est éphémère. L'amour, belle illusion. Il s'est bercé dedans et il s'est fait avoir. Trompé, l'amertume qui lui est restée. Encore plus lorsque Noa est parti. Accident de voiture avec cette traînée et Leo, il n'a que les larmes et les regrets.

Sourire satisfait qu'il offre au miroir. Leo, heureux peut-être bien. Et il ordonne, crie. Demande la crème pour apaiser. Malgré le plaisir, c'est douloureux. Comme un rappel, un poison qui reste en lui. Il faut atténuer les traces, éviter trop de questions ou de réflexions. Et s'il est occupé à se contempler, Leo il finit par trouver ça long. Il décide d'aller voir si Neo l'a bien entendu. Il n'aime pas se répéter. L'eau glisse encore un peu sur sa peau humide; de fines gouttes qui viennent tomber sur le sol. Rien d'extraordinaire, seulement si Neo avait bougé, ce ne serait pas arrivé. Un peu agacé, il retourne dans la chambre. C'était pas difficile de trouver une crème après tout. Neo connaissait le manoir par cœur. Pas à pas, Leo qui arrive et qui est accueilli par un dos. Ses yeux glissent, descendent jusqu'au sol. Crème tombée, qui dégouline. Moue boudeuse. Il s'apprête à être odieux mais on l'en empêche. Leo, il entend la voix de Neo. Elle se craque, se casse, se brise. Comme un sanglot dans l'air et une question qui résonne. Il n'a pas eu besoin de détailler le 'ça'. Les photos, bien sûr. Quoi d'autre ? Leo qui a oublié que Neo pouvait tomber dessus à tout instant. Leo, malsain. Leo, perdu entre le passé et le présent. Et même s'il est en tort, il se met en colère. Leo, le cœur meurtri une nouvelle fois.

« ça ? T'avais pas le droit d'y toucher. » Il s'approche, le retourne. Les yeux se croisent. Perles salées contre feu. Leo qui les lui tire des mains, les attrape. « ça te concerne pas. C'est à moi. » La voix qui s'élève, l'évidence. à lui, oui. Seule possession, seuls souvenirs peut-être bien. Le reste, c'est mitigé. C'est Leo qui se demande si c'était vrai. Il range précieusement les photos dans le tiroir. Et puis il revient à Neo. Il attrape son poignet, amoindrit la distance entre eux. « Pourquoi tu pleures hein ? » Ses doigts qui se resserrent, il doit lui faire mal mais Leo, il est pas lui-même. Il se détestera après. « T'as pas besoin de savoir. C'est ma vie privée. » Violence, sous-entendu. Leo qui détruit, qui fait ce qu'il sait faire de mieux : du mal.


avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 25
✧ Avatar : iron
✧ Crédit : ma femme (avatar)
You think you're smarter than me with all your bad poetry, i'm not a little kid now, watch me get big now



suite à la mort du soleil, son corps brille par moment, et l ressent des vertiges extrêmes qui vont parfois jusqu'à le rendre aveugle pendant quelques minutes voire le faire s'évanouir, faiblesse immunitaire, il chope toutes les maladies qui passent.
✧ Âge : vingt-trois ans
✧ Occupation : les petits boulots
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Ven 24 Nov - 14:12

Regard conservé qui s’échoue sur les images, réglementation qui se faisait à lui. Neo observe les photos, les une après l’autre, le tiroir est encore rempli de plusieurs autres mais il n’a plus la force d’y tendre le bras pour les attraper. Ce qu’il a sous les yeux est déjà suffisant, bien trop douloureux. Il voit cet homme, un inconnu au visage si semblable au sien, comme deux gouttes d’eau, lui-même n’arrivait pas à se différencier de cet étranger, si ce n’était cette lueur plus dure qui semblait sommeillait dans son regard. Il caressa le visage de Leo, nerveusement sur la photo, il ne souriait pas comme ça, il ne le regardait pas. Les pièces d’un puzzle incertain tentaient de se rassemble dans son esprit, mais il en manquait beaucoup trop. Il ne comprenait pas et n’arrivait pas à la moindre conclusion. Le temps s’arrête et il se retrouve enveloppé dans une éternité sans fin. Il est frustré par l’engrenage de son cerveau qui ne trouve aucune explication valable à ses photos. Ce n’est pas lui. Il en est certain. Les photos semblent dater de bien avant qu’il n’arrive sur terre, quand il n’était encore que Jupiter. Un astre parmi tant d’autres dans la galaxie.

Ses mains tremblent. Il veut savoir. Tout. Il ne veut plus que quelque chose lui soit cachée. Une bombe était cachée à quelques centimètres de lui, simplement de l’autre côté de ce lit où il se couchait chaque soir, aux bras d’un homme qu’il pensait commencer à connaitre. Mensonges. Partout. Il ne peut plus croire en rien. Et Leo ne lui apporte pas de réponses, non, il s’approche et lui prône qu’il n’avait aucun droit de toucher à ses photos. Il n’aurait pas dû l’envoyer chercher la crème alors, il savait parfaitement qu’elles étaient là. « Je crois que si ça me concerne, cette personne me ressemble totalement. » Pas un simple grain de beauté de plus, aucune différence, c’était comme se regarder dans un miroir. Les photos lui sont arrachées d’un geste brusque et les larmes trouvent déjà leur chemin sur ses joues. Son poignet devient prisonnier de la poigne de Leo, il est beaucoup trop fort, ça fait mal et il n’arrive pas réfréner un gémissement de quitter ses lèvres pincées. Leo, si froid, si cruel, dans ses paroles et ses actes. « Ta vie privée… » répéta-t-il dans un sanglot, il commençait pourtant en faire partie de cette vie, après tout ce qu’ils avaient partagés. « C’était…ton mec ? » demanda-t-il, sourcils froncés, tentant toujours de trouver une raison à tout ce manège. « C’est pour ça que tu m’as ramené chez toi la première fois…parce que je lui ressemble ? » continua-t-il, les choses prennent du sens doucement, un fil qui suit un autre. Il ne sent plus ses larmes couler, il n’arrive plus à rien ressentir tant il a l’impression de suffoquer. Il savait, que Leo n’était pas la meilleure des personnes. Mais il était le seul qu’il connaissait et étrangement, il s’était attaché à lui, il l’aimait surement et être avec lui était suffisant. Jusqu’à présent. D’un geste sec, il le force à lâcher prise et se relève. « Tu m’as jamais vu comme un réel être humain…j’étais juste un remplaçant ? » Il s’est cru aimé, réellement pour qui il était. Il a espéré devenir plus que ce qu’il était. Il recula. Il n’arrivait plus à regarder Leo.

avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 34
✧ Avatar : kim minseok (kok)
✧ Crédit : neovenus (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Dim 17 Déc - 13:51

Leo, la cruauté. Les mots qui blessent, qui entaillent. Qui ? Neo. Neo qu'il aime pourtant d'une certaine manière et cela même s'il n'arrive pas à s'en rendre compte. Leo, l'aveugle. Comme d'habitude. Seulement bon à blesser, à abîmer. Spécialité dans laquelle il excelle, le monstre. Et il lui dit que c'est sa propriété. Les photos, les souvenirs. Tout est à lui. Neo, pas concerné. De quel droit il a osé y toucher ? Neo qui dit l'évidence tout haut. Il lui ressemble. Et pas qu'un peu. Noa, Neo. Sosies ou presque. C'est vrai et ça, Leo ne peut pas le nier. Non, c'est bien pour ça qu'il est venu lui parler d'ailleurs. La ressemblance avec cet être perdu, les envies de vengeance. Leo aux pulsions malsaines. Surtout lorsqu'il arrache les clichés des mains de son amant. Ce simple geste fait naître des larmes; perles salées auxquelles il ne porte pas d'attention. Du moins, pas pour l'instant. Leo, il préfère s'occuper des photos. Les ranger, pauvres trophées. Et la question s'élève. Pourquoi Neo pleure t-il ? Leo, il devrait même pas demander. A cause de lui, voilà la réponse. Poignet captif, mots brûlants. Gémissement de Neo mais rien n'y fait. Il répète ses propres mots. Sanglot qui se fait entendre. C'était ton mec ? Question qui fait mal. Il aimerait dire que non, qu'il n'était rien qu'un connard. Un putain d'enfoiré qui l'a trompé. Mais ça, il ne peut pas se résoudre à le dire tout haut. Il préfère se noyer dans ses pensées, l'époque de l'amour. Mec, oui c'est vrai. Il regarde Neo. Le voit dire ce pourquoi il l'a ramené. La ressemblance frappante, dégueulasse. Leo face à ses propres actions. Il est incapable de répondre. Se contente de fixer Neo. Il attend la suite et on ne le déçoit pas. Neo se dégage de son emprise. Leo doit lâcher (abandonner).

Non, jamais. Remplaçant. Oui, non. Peut-être au début. Il voulait la vengeance, dominer jusqu'au bout. Voir ce visage se ternir, le blesser, lui faire du mal. Neo, souffre-douleur. Mais au fur et à mesure des jours, il a commencé à penser différemment. Leo, il l'a regardé. Il l'a chéri et même si ça n'a duré qu'un instant. Il ne voyait pas Noa, juste Neo. Il avait la vision brouillée, l'esprit embrumé. Confus entre le présent et le passé. L'envie de créer et l'envie de détruire. Mais Leo, il ne peut pas mentir. Pas maintenant. Il doit rester lui-même, cet être méprisable que tous connaissent ainsi. Et désormais, Neo le verra comme ça aussi. Il se recule, veut s'éloigner de lui. Il fuit son regard. Si Leo devrait le supplier, s'excuser, tout déballer - il ne le fera pas. La vie n'est pas un conte de fées.

« Oui, c'est pour ça que je t'ai ramené au début. » Sourire qui naît à nouveau sur son visage. Leo, il efface le trouble - du moins en apparence. « Et alors, qu'est-ce que ça fait ? » L'arrogance, toujours. Il se rapproche de Neo. Vient le coincer contre le mur. Les yeux dans les yeux, il n'a pas envie de le laisser s'enfuir.
Il pense que c'est pour continuer à se venger mais c'est faux. Leo, il a des sentiments dans le fond. « On s'amuse bien toi et moi, pas vrai ? » Il joue la carte de l'affectif; il est pourtant sur la mauvaise pente. Leo,
il tente l'impossible. Cœur de pierre; insensé. Il essaie de l'embrasser, tentative ratée.

« Je m'occupe bien de toi et t'aimes ça. Qu'est-ce qu'il te faut de plus Neo ? » Ses mains qui viennent à nouveau se poser sur Neo. Elles glissent sur son torse, sur ses bras et puis il vient lui murmurer à l'oreille. « L'amour ? » Regard perçant, sourire troublant. Leo, l'assassin.

avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 25
✧ Avatar : iron
✧ Crédit : ma femme (avatar)
You think you're smarter than me with all your bad poetry, i'm not a little kid now, watch me get big now



suite à la mort du soleil, son corps brille par moment, et l ressent des vertiges extrêmes qui vont parfois jusqu'à le rendre aveugle pendant quelques minutes voire le faire s'évanouir, faiblesse immunitaire, il chope toutes les maladies qui passent.
✧ Âge : vingt-trois ans
✧ Occupation : les petits boulots
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Mar 13 Fév - 12:43

Des mots. Des regards. Un ton qu’il ne reconnait pas, un homme dont il connait chaque parcelle de peau mais que ses yeux ne reconnaissent plus. Leo. Il n’a jamais été le plus doux avec lui, il le sait. Neo n’a pas besoin de la science infuse sur les êtres humains pour pouvoir le remarquer. Il n’est pas si idiot que ça. Pas tant irrécupérable. Malgré tout, il a cru que tout ce qu’ils ont partagé, il a toujours trouvé des excuses aux comportements parfois instable de Leo. Quand il l’attire vers lui, puis le repousse. Quand il lui sourit, puis lui fait la gueule sans qu’il n’en comprenne la raison. Mais à cet instant, il ne trouve pas la moindre excuse à ces photos qu’il a entre les doigts, qu’on lui a tôt dérobés avec brutalité. Il a accepté d’être une poupée avec laquelle Leo se distrait, il s’est même fait douloureusement à l’idée que, peut-être un jour, il se laisserait de lui et l’abandonnerait à cette même plage où il l’avait retrouvé. Il s’en foutait, Neo, il voulait prendre tous les risques, si ça lui permettait de rester encore plus avec Leo, de sentir encore son corps contre le sien et ses lippes brûlantes sur sa peau. Cette chaleur que lui seul sait si bien lui procurer. Pourtant, jamais, il n’en est venu à l’idée d’être un vulgaire remplaçant. Il n’y a jamais eu la moindre affection envers lui, la réelle personne qu’il était. Non. Tout n’était qu’images et vulgaires fantaisies. Ce que Leo aimait de lui était simplement son visage, pas parce qu’il était agréable à ses yeux, mais parce qu’il était la copie conforme d’un autre. Un autre qui n’est pas là, n’est plus ?

La poigne est forte. Elle fait mal mais pas plus que son cœur qui se serre et essaye de se rétracter, comme pris d’assaut. Leo semble l’ignorer, son attention entière dirigée vers ces vulgaires photos qu’il range avec minutie. Neo ne peut qu’amèrement remarquer que l’homme n’a jamais usé d’autant de précaution avec lui. Et Leo confirme simplement ses pensées. Il est un remplaçant.
Rien de plus.
Le reste, c’est lui qui a tout inventé. Espéré.

Il veut reculer quand l’autre se rapproche, presque prédateur, mais il n’y a plus que le mur derrière lui où Leo ne tarde pas à le coincer. Il se pince les lèvres, tente de faire taire ses sanglots, mais cela demande une force qu’il n’a plus. Il n’arrive même plus à tenir sur ses deux jambes. « Tais-toi ! » qu’il prononce péniblement, la voix éteinte. Il ne veut pas entendre ce ton si léger, comme si tout était normal, lui ainsi utilisé, usé. Ce n’est pas simplement de l’amusement. « Tu peux t’amuser avec n’importe qui, si ce n’est que ça. » Non, bien sûr que non. N’importe qui ne doit avoir son visage, celui de l’original. Puisqu’il n’est clairement que contrefaçon.

Il détourne la tête quand Leo tente de l’embrasser. Il ne le laissera plus faire, il ne peut continuer ainsi. Il maudit son corps d’ainsi frissonner à son toucher, à en quémander plus. Il se dégoûte autant que Leo le dégoûte. « Me touche pas. » Il tente de soutenir son regard, les mots durs, alors même qu’il ne peut fuir sa prise. « Je veux pas de quelqu’un qui s’occupe juste de moi comme si j’étais un animal de compagnie. » Il ne sait pas ce que c’est, l’amour, il n’en connait rien lui-même. Il connait juste Leo et à quel point il lui fait du bien, il est triste sans lui.

« Je suis vraiment que ça ? » Pourquoi pose-t-il une question dont la réponse ne le brisera qu’encore plus.








avatar
━━ jeune pousse ━━
✧ Arrivé le : 03/11/2017
✧ Messages : 34
✧ Avatar : kim minseok (kok)
✧ Crédit : neovenus (avatar)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   
Mer 14 Mar - 18:53

L'enfer qui s'écoule de ses lèvres. Des mots immondes, horribles. Leo qui a tout du monstre, de celui qui brise peu à peu le cœur de Neo. Qui l'extirpe de sa cage thoracique, l'empoigne et serre, serre encore et encore. Parce que même si ce ne sont que des mots, l'effet est le même. Leo brise, Leo détruit. Il reste lui-même, fidèle aux mauvaises habitudes. Si seulement Noa ne l'avait pas trompé, ne l'avait pas brisé lui aussi. Leo n'était pas un saint mais pas aussi vil, mauvais. Mais malheureusement, rien ne s'est passé comme prévu. Noa qui a réduit son cœur en un vulgaire organe incapable d'aimer (ou de le comprendre). Et là, Leo se venge de ça. De ce mal que Noa lui a fait sur Neo. Neo au visage parfaitement semblable, aux traits qu'il aime détester. Mais Leo, il a fini par s'y attacher d'une certaine manière. Une part de lui voudrait tout effacer, avoir brûlé les photos. A vrai dire, Neo et lui auraient pu être heureux; oui. Leo aurait pu goûter au bonheur, à la douceur de Neo chaque matin comme à sa sauvagerie le soir. Il lui paraît si différent des autres, de Noa. Avec lui, Leo ne se lasse pas. Peut-être aussi qu'il aime ce contrôle, les étoiles qu'il voit dans ses yeux. Sa peau qui frissonne au moindre contact, l'effet qu'il a sur Neo. L'indéniable attirance, la proie prise dans ses filets. Mais non, le bonheur il lui glisse encore des mains - il s'éloigne d'eux. Et Leo, il s'enfonce encore un peu plus. Joue la carte de l'ignorance, de la force. Il ne veut pas en parler, juste déverser l'amertume - la haine (et l'amour) qu'il a pour Noa.

Les larmes, c'est au plus profond de son cœur qu'il voudrait les sécher une à une mais la haine est telle qu'elle le consume, l'empêche de voir tout ça. Possédé mais pas par l'amour. Tais-toi. Mais il ne peut pas. Il voudrait mais ce n'est pas possible. Il doit détruire, briser. C'est dans sa nature, c'est un besoin qui le prend aux tripes; de l'oxygène d'une certaine manière. Et Neo parle encore; dit quelque chose qui n'est pas vrai. Pas n'importe qui. Non, Leo a besoin du même visage. Des souvenirs qui peuvent lui revenir en un instant dès qu'il pose les yeux sur Neo. Une copie, un clône pas un substitut quelconque. Il avait trouvé la perfection avec lui. « Tu sais très bien que ce n'est pas vrai. » Il n'y avait pas de hasard dans son choix. Neo devait bien l'avoir compris. Baiser refusé; logique. Mais le diable tente tout de même. « Je sais que t'en crèves d'envie. » Leo, il devrait pas dire ça. Il aurait dû esquiver, obéir mais ce n'est pas son style. Neo veut soutenir son regard, Leo arrive à le sentir. Et ça l'intrigue, l'intéresse au plus haut point. « Tu crois que c'est ce que je fais ? » Léger rire. Leo, l'enflure.

Et puis il y a cette question qui retentit. Je suis vraiment que ça. Le coup de massue, la révélation. Leo qui arrête de rire; qui ne peut que le fixer. L'envie de dire non qui lui revient, qui se révèle. Mais il ne doit pas céder, ni se montrer sentimental.

« Tu veux vraiment que je le dise ? » Leo qui revient plonger son regard dans le sien, s'approche encore plus. « Oui, t'es que ça. Rien qu'un jouet, une copie avec laquelle je m'amuse. » D'ordinaire, il aurait ri. Hurlé de rire mais là, Leo s'est senti se briser à mesure qu'il parlait. Il y a comme une fracture qui se crée en lui et ça fait mal. Il ne sait pas pourquoi mais à cet instant précis, il se déteste. Se hait encore plus que Neo ne peut le haïr. Que vient-il de faire ?

Contenu sponsorisé
━━ ━━
MessageSujet : Re: we love like battleships (leo)   

 
we love like battleships (leo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
si·de·re·al :: ✧ POLARIS :: les clématis :: résidences privées-
Sauter vers: